Mercredi 17 décembre 2003 - 20h30

Et voilà, je débute un journal intime. A vrai dire, j'en ai débuté pas mal, mais le seul que j'ai réellement tenu remonte à mon adolescence. Malheureusement, ce témoignage d'une période révolue a été à jamais perdu du fait de la magnifique fiabilité de la technologie floppy. Coïncidence amusante: aujourd'hui, au boulot, un fournisseur nous a envoyé une disquette et évidemment elle était foireuse!

J'en profite pour me présenter: je m'appelle Alex, j'ai 25 ans et j'habite Strasbourg. Je travaille en tant qu'ingénieur en informatique dans une petite PME depuis maintenant 2 ans.

Le sujet qui me préoccupe en ce moment, c'est ma sexualité, ou plus exactement mon identité sexuelle. Pas mal de choses se sont bousculées ces derniers temps, et peut-être que la rédaction de ce journal me permettra de mettre un peu tout ça à plat, ou pourquoi pas être publié des fois que cela pourrait apporter une aide quelconque ne serait-ce qu'à une personne qui se retrouverait dans une situation similaire.

Par où commencer? Il y a tellement de choses qu'il faudrait dire... Mais puisque le sujet principal est ma sexualité, je dirais que j'ai toujours été en retard par rapport à mes copains, amourettes enfantines mis à part. Au collège, j'étais toujours celui qui n'avait pas de copine. Ce n'est pas que ça ne m'intéressait pas, je tentais ma chance, me prenant régulièrement des râteaux. Jusqu'au jour où, étant en 4°, une fille a bien voulu sortir avec moi! Soyons francs, je ne l'avais jamais remarquée, on ne s'était jamais adressés la parole auparavant, mais sortir avec une fille était socialement valorisant auprès des copains, et procurait donc une satisfaction personnelle. Du coup, ça a été l'occasion pour moi d'expérimenter ce dont tous mes copains parlaient, patins, caresses, sentiment de compter pour quelqu'un... Sur le coup, j'ai eu le sentiment d'être amoureux, avec du recul je me dis que c'était très probablement une attitude très égoïste: je tiens à elle car pour elle je semble compter.

Les années passent, au lycée, je n'ai toujours pas de copine. Je suis toujours vierge, et ça commence à m'«inquiéter»... Maintenant que j'y repense, je me dis que c'est absolument évident et je ne comprends vraiment pas comment je n'y ai pas pensé à l'époque, mais déjà à ce moment-là je matais les mecs plus que ne l'aurait fait n'importe quel hétéro! Gilles, Michel et son cul parfait, Jean-Matthieu de qui j'ai revu des photos récemment et qui est toujours à craquer.

Mais euh bref, aussi délirant que ça puisse paraître (y compris à moi-même maintenant), je n'ai jamais sérieusement pensé que je pouvais être homo à cette époque!

Vendredi 19 décembre 2003 - 02h00

J'hallucine... Ce soir j'étais à la fête de Noël de la boîte à laquelle je suis finalement quand même allé. Globalement sympa, mais franchement pas mon truc. DJ vraiment de merde, les enchaînements plus pourris c'était pas possible. Par contre il a sorti un mix de What Is Love que je ne connaissais pas :) Bouffe raffinée tout ce qu'il y a de plus sympathique, malheureusement pas trop à mon goût. Marie et JP étaient complètement pétés, je sais pas comment ils vont rentrer, pour ma part je pense avoir à peu près réussi à pas être trop au-delà du seuil, mais déjà sans que Pierre ne propose le bar à tout le monde y'avait largement de quoi se torcher. Pas très raisonnable mais bon... Visiblement je devais pas être dans le truc pour avoir des pensées pour la sécurité routière (arf quand je pense à la façon dont j'ai roulé sur le retour...)

Bref, à l'heure où les gens commençaient à partir, Frédéric va s'installer à côté de Sébastien. étrange, je n'avais pas l'impression qu'ils se côtoyaient particulièrement à la boîte, Sébastien étant assez introverti. Enfin bon, je crois que c'est la première fois que je les ai vu discuter. Et pouf, ils se tirent...

évidemment, sur le coup, j'ai sur resté un peu hagard. Je ne sais plus trop quoi penser... Mais ce qui me semble le plus crédible est qu'ils sont homos tous les deux, maintenant sont-ils en couple?

Autant j'ai un doute pour Frédéric, autant pour Sébastien ça me parait assez évident... Les fringues, une prédilection pour les cols en V moulants et chez moulant, le regard... Nos échanges sont toujours longs, profonds. S'il était l'hétéro timide que bon nombre de personnes pensent qu'il est, il se dépêcherait de détourner le regard. Et enfin... La cerise sur le gâteau. L'autre jour on s'est croisé dans le couloir et on s'est retourné tous les deux... Bref, ça fait un peu beaucoup.

Frédéric... Alors là ça se complique. Certains jours, je suis presque persuadé qu'il me drague. Et d'autres, il a tellement l'air de s'en foutre que je sais plus trop quoi penser... Peut-être que je ne l'intéresse pas. Peut-être qu'il a des doutes sur moi. Pffff... Il est trop adorable, il y aurait bien un moyen simple d'éclaircir la situation, mais bon, bien que je ne pense pas que mes collègues de boulot prendraient trop mal mon homosexualité, j'ai pas spécialement envie de communiquer là-dessus, et surtout pas envie qu'on communique dessus à mon insu. Ne serait-ce que parce que je ne sais pas vraiment où je suis. Suis-je bi? Homo? Un hétéro qui se fait des films (non bon, la dernière solution me semble assez à exclure en fait ;))?

Ah oui, donc à peine Frédéric et Sébastien étaient-ils partis que... j'étais un peu retourné, et surtout Sophie vient s'asseoir à côté de moi. Avec la sono (de merde, vraiment le son était horrible) à fond, elle m'explique ses problèmes informatiques personnels. Ah oui, c'était le moment idéal... Je comprends un mot sur deux, pas trop grand chose à son problème, et puis merde, déjà qu'à la base je m'en tamponne, que je suis pas clairvoyant et que là c'est vraiment pas le moment... je lui dis de réinstaller son Windows 98. Franchement, ça faisait très drague. Je pourrais être heureux de plaire, mais bon, elle est pas terrible et puis, elle tombe pas vraiment à pic à espérer une relation hétéro :) Bon, on verra bien l'année prochaine si c'est bien de la drague de sa part, si jamais c'est le cas ça me donnera une bonne raison de placer un truc du genre «je suis en plein période de doute, je crois que je préfère les mecs».

Je me serai vraiment bien passé de telles émotions ce soir. Demain je pars à Rennes chez Yohann. Haha, y'a quelques années ma «moralité» serait sortie comme un diable de sa boîte. Eh ben là non. Il a envie de moi, j'ai envie de lui et en plus Floriant est d'accord, on va donc passer un week-end à baiser :) ça doit faire deux mois que c'est prévu, et pas un seul moment je n'ai douté du fait que c'était une bonne idée. Bon, en gros, à chaque fois que j'y pense ça m'excite.

A 25 ans il serait peut-être effectivement temps que j'ai ma première expérience sexuelle homosexuelle. Mais aussi «générale». Bref, non, je suis encore puceau. ça tue, hein? Oui, moi aussi ça me tue... Autant j'ai déjà fait mon coming-out à quelques personnes, depuis quelques jours (ou semaines pour Manu), autant je pense que je n'aurai plus de doutes sur mon homosexualité (bi? Enfin en tout cas que j'aime les mecs ;) une fois ce week-end passé. Et j'espère encore moins de problèmes à vraiment l'accepter et à en parler, ça fait tellement longtemps que je me suis caché ce qui pourtant était évident pour beaucoup que je dois plus perdre de temps à présent. Pas forcément en vivant une vie sexuelle délurée (alors, là Pierre dirait un truc du genre: «la grosse salope qui se découvre sur le tard») mais au moins l'assumer et bien le vivre.

Oui, haha, Pierre. Alors s'il y a bien quelqu'un dont j'attends la réaction à mon coming-out avec impatience, c'est bien lui. Et ma mère? Et mes grands-parents? Bon, d'un côté ils doivent bien s'en douter un peu, à ne jamais m'avoir connu de copine. Et franchement, c'est des gens très ouverts et tolérants. Et foncièrement bons, je pense pas que ça les traumatise plus que ça, mais j'ai quand même peur de les «décevoir».

Bon, ça doit bien faire une heure que je raconte ma vie, ça suffira pour ce soir. Sans compter que demain je pars à Rennes, et que j'ai encore 36000 trucs à faire avant...

Zou!

Lundi 22 décembre 2003 - 20h40

Me voilà de retour de Rennes! Je suis un grand malade! Un aller-retour Strasbourg-Rennes c'est au moins 350€ d'essence et de péages. Mais c'était génial :) Yohann a vraiment un corps de rêve... 18 ans, 1m68, 49 kilos... Chatin, yeux bleus, des fesses fantastiques, des tétons adorables et super sensibles.

En plus c'était pour moi une vraie cure de jouvence. Passer quelques jours dans un appart d'étudiant type, le studio de 20 m², pas d'usenciles de cuisine, la télé qui a 20 ans, l'isolation phonique inexistante, l'accès internet par modem en 33.6, faire les courses avec un budget limité... Bon, disons que je n'ai jamais été mal logé ou avec des problèmes d'argent, mais ça me rappelle les apparts des copains à l'époque...

Et puis j'adore conduire. Le confort, la souplesse et la puissance sans fin de mon monstre rouge sont un régal :) Voir les paysages défiler, écouter de la musique. Autocruise à 150, le V8 consomme 10L au 100!!!

Bon, enfin bref! :) ça c'est globalement très bien passé. Je craignais un peu pour le dialogue pendant mais également en-dehors des rapports, vu que Yohann est assez timide et moi pas forcément super à l'aise non plus, et dans les deux cas c'était vraiment comme je pensais que ça devait l'être. Le temps d'arriver, de manger, et après un moment devant la télé, les caresses mutuelles sont venues tout naturellement, pour évoluer vers des branlettes, et finalement il m'a sucé :) évidemment, il y a eu des incidents... Les capotes aromatisées étaient trop petites, aussi bien pour lui que pour moi. Et son anus était trop contacté pour que je puisse y mettre ma queue, ça a pris un peu de temps, on n'y est arrivé que samedi soir. La pénétration anale est géniale :) Visiblement il a autant apprécié que moi! Lors de la troisième fois, je l'ai blessé un peu avec mes ongles en lui mettant quelques doigts, et du coup ç'en était fini pour les rapports anaux dimanche. Yohann a fini courbaturé de partout, pour ma part je sentais bien mes fessiers et mes cuisses :)

Bon, je suis pas très doué pour raconter de façon poétique et pleine de métaphores des actes sexuels, mais voilà. Je n'ai pas éjaculé du week-end!!! Je ne comprends pas pourquoi... J'aurais du, et à certains moment j'ai pris autant de plaisir que si j'avais, mais c'est pas venu. Comprends pas... Je fais un blocage psychologique??? Enfin bref...

Lundi matin, quelques dernières caresses avant de se lever à 7h15, et c'est parti... Yohann s'en va au boulot, et moi je rentre à Strasbourg. Il m'accompagne à ma voiture, et on se quitte en se faisant la bise. Avec une certaine tristesse et les larmes au yeux, je le regarde dans mon rétro s'éloigner dans la petite ruelle à l'aurore alors que mes échappements crachent de grosses volutes de fumées. Une scène digne d'un film. Mon autoradio joue «sur la Route» de Raphaël. Il s'est retourné deux fois. J'y repense avec beaucoup d'émotion, d'affection, et un peu de tristesse. Quel bon moment...

Je me suis juré de pas tomber amoureux. Et merde!!! Vu mon état au moment où j'écris ces lignes, je crois que c'est loupé... Bon, je me ressaisis. Il est clair que Yohann aime Floriant, il me l'a encore répété ce soir. Au moins comme je suis prévoyant, j'ai prévu quoi faire dans cette situation: fermer ma gueule!!! Déjà que d'avoir des relations sexuelles avec l'ami de son copain est délicat, et même si à priori je dévoilais mes sentiments ça n'aurait pas trop de conséquence, je crains tout de même que ça inquiète Floriant et trouble ou fasse culpabiliser Yohann, donc ma gueule!!!

J'ai vraiment besoin de faire le point. Tellement de choses se sont passées ces derniers temps, et tellement rapidement, que je ne sais plus trop où donner de la tête ni quoi penser! Passer quelques jours en Autriche chez mes grands-parents me fera le plus grand bien! évidemment, je vais avoir droit à l'habituelle question quant à ma copine... A force, ils doivent bien finir de se douter de quelque chose... D'ailleurs, c'est sûrement le cas... Bah, en fait c'est pas sûr...

ça me fait penser à une soeur de mon grand-père, qui a toujours été célibataire et à qui on n'a jamais connu de copain. Je me demande sincèrement si elle pouvait avoir des tendance lesbiennes qu'elle aurait refoulé... étant fortement croyante et étant donné son âge (donc l'époque dans laquelle elle était jeune) ce serait possible... Bah... Heureusement que je ne suis pas dans une telle situation!

Maintenant, j'ai fait mon coming-out auprès de mes copains bi et homos... Maintenant, y'a tous les autres :) Au boulot, à moins qu'on me le demande, je vais fermer ma gueule... Peut-être que je le dirai à Rachid... Et la famille? ça se résume à ma mère et aux grands-parents... Faut vraiment que je fasse d'abord un point...

Mardi 23 décembre 2003 - 01h30

Pouvoir se balader nu, ne pas fermer la porte de la salle de bain, prendre une douche à deux. Résolument c'est faisable avec une fille, mais je me dis que la compréhension de l'autre ne peut être aussi bonne, que ce soit sur un plan sexuel ou autrement...

J'arrête pas de réfléchir en ce moment, y'a plein de trucs qui me traversent l'esprit, et c'est pas forcément ce qui y a de plus structuré ou de plus littéraire. Au niveau du style, mes anciens profs de français se sentiraient mal en lisant ça :)

Il y a des gens pour qui l'homosexualité semble évidente dès l'adolescence. Ils en ont de la chance! Moi j'ai mis un temps dingue à... ne plus me le cacher! Mais après ce week-end, je n'ai vraiment plus de doute! Et ça fait des années que je matte les mecs... Quand une fille est canon je le remarque aussi, ça peut me plaire, et je m'entends généralement bien avec elles, mais en très grande majorité... Ce sont les mecs qui m'excitent!

Je me demande... Non pas pourquoi je suis homo, cela dit, je rejoins la grande majorité des homos qui ont eu des relations difficiles avec leur père dans leur enfance/adolescence, c'est pour le moins une coïncidence interpellante. Non, je me demande pour quelle raison je me suis caché ça aussi longtemps. C'est vrai que, sans réellement être des sujets tabous, les sentiments et le sexe n'étaient pas vraiment des sujets abordés à la maison. Et puis, avant la fin des années 90, l'homosexualité n'était pas vraiment socialement acceptée. Ce n'est sans doute toujours pas idéal aujourd'hui, mais une série de films et le relais des médias, alliés à une nouvelle génération qui est beaucoup plus ouverte, y contribue.

Et puis... Quand les gens m'interrogeaient sur ma sexualité à un moment où je n'étais pas vraiment au clair avec moi-même, qu'aurais-je du répondre? «Je ne sais pas»? Comme dit, je n'étais pas vraiment au clair avec moi-même, et ça ne regardait que moi. En plus, on peut franchement se sentir vexé par une telle question... Bah!

Au moins, c'est une bonne chose d'avoir dans son cercle d'amis un certain nombre d'homos qui s'assument, et d'avoir pu discuter avec eux de leur homosexualité, autrement je ne sais vraiment pas où j'en serais actuellement!!!

Mardi 23 décembre 2003 - 10h15

Outre le plaisir charnel, je crois que le week-end dernier m'a redonné confiance en moi. être désirable et désiré... ça fait du bien! Pour l'instant les seuls homos à qui j'ai tapé dans l'oeil ne m'intéressaient absolument pas du tout... Bon, direction la Poste et faire quelques courses!

Mercredi 24 décembre 2003 - 02h30

Demain... Enfin ce matin je pars en Autriche pour quelques jours. Je termine d'uploader les cartes dans le GPS, et comme d'habitude ça prend perpet... L'occasion pour moi d'ajouter une entrée dans ce journal.

J'ai eu l'occasion de rediscuter un peu avec Yohann sur ICQ ce soir. Il me parait clair qu'on n'a pas énormément de points communs, et la différence d'âge (7 ans... ça fait beaucoup dans un contexte 18/25! 39%...) n'aide en rien. Bah, je disais quoi? Avec un peu (un peu, vraiment, car il y a 48 heures je dormais dans le lit de Yohann de recul, je crois que mes sentiments envers lui ne sont qu'un mélange d'amitié, d'attirance physique et de grande affection. On a partagé notre première fois, et je crois que c'est quelque chose que je n'oublierai jamais. Mais de l'amour, non, je ne crois pas.

Sur l'aller/retour Rennes, je me suis écouté une série de BO de Queer As Folk (US), il y a des chansons absolument magnifiques là-dedans. Je les avais sans doute déjà entendues, ne serait-ce que parce que je me suis regardé l'intégrale de la série, mais sans images pour me déconcentrer, j'ai été assez sublimé par certains morceaux, paroles y compris.

Bon, il est 3h du matin, j'ai passé plusieurs heures à dormir en cours de journée et en début de soirée. J'en avais besoin, car j'étais fatigué en arrivant chez Yohann, et pas vraiment reposé en en repartant! Mais à présent, je n'ai absolument plus sommeil, et comme je me lève vers 7h30 dans... 4h30, je vais encore être décalqué... Bah, je finirai la bouteille de Pepsi, je m'enverrai 3 cafés, et pour peu que la route soit un peu glissante, les dérapages du train arrière provoqueront les poussées d'adrénaline nécessaires à parachever mon réveil! :)

Une voiture dont l'arrière glisse même en conduite normale dès que les conditions sont un peu humides ferait flipper une très grande majorité de conducteurs. Moi ça m'éclate vraiment d'avoir une voiture aussi joueuse. J'ai vraiment trouvé mon truc avec la Firebird! Pas chère, une gueule démente, des performances hallucinantes. Le comportement routier perfectible, mais aussi amusant, très correct pour le prix de la voiture. Ahhh... Comme le disait Yohann, j'ai des préoccupation des mec: je ne pense qu'au cul et aux bagnoles ;)

Cela dit, pour le même prix, âge et kilométrage de la Firebird, j'aurais même pas pu avoir une BMW 320d, et franchement, c'est beaucoup moins sexy ;) Moins gay aussi comme choix de voiture ;)

Euh bon, gla gla tout nu sans chauffage en période de Noël! Je vais songer à retourner sous la couette... Tout seul. Comme j'ai oublié de prendre un portable au boulot, la prochaine entrée de ce journal sera sans doute pour dans 2 ou 3 jours, en espérant que d'ici là j'ai pu faire un peu plus un point.

Tiens, je suis tombé sur un site web intéressant, qui retrace l'histoire de l'homosexualité au travers de l'histoire, de l'antiquité à nos jours. C'est «amusant» de voir que ce qui paraît aujourd'hui comme un grand pas en avant dans l'acceptance de l'homosexualité n'est rien comparé à ce qu'elle a pu être par le passé. D'un autre côté, nous sommes également passés par des périodes absolument terrifiantes vis-à-vis de l'homosexualité, notamment en ce qui concerne l'église (aha, é majuscule, comme on me l'a appris à l'école... Non, nom propre, donc majuscule pour faire la distinction avec le lieu de culte) . Bien avant même de m'intéresser à ce point bien particulier, j'ai perdu toute foi en la religion, probablement alors que j'étais au collège, càd au moment où j'ai commencé à penser par moi-même. Mais euh bref, pour en venir au point qui m'intéresse: c'est dommage que jamais au cours de ma scolarité le sujet de l'homosexualité n'ait été abordé, d'une part parce qu'elle a toujours existé, mais également parce qu'elle a tenu un rôle important dans l'histoire, enfin et surtout pour ne pas en faire un tabou. Je suis persuadé que tous ces non dits ont contribué au blocage que j'ai pu faire pendant si longtemps.

Il en est peut être autrement pour les générations qui rentrent au collège à présent, je ne saurais le dire.

L'adresse du site: http://filoumektoub.free.fr/gaibeur/gayculture/histoire/intro.htm

Vendredi 26 décembre 2003 - 20h40

Je suis rentré d'Autriche cet après-midi. Je ne pense pas vraiment avoir eu l'occasion de «faire le point», mais en tout cas celle de faire une petite pause et de me changer les idées. Pas utilisé d'ordinateur, pas regardé la télé, pas parlé Français, se coucher tôt... Oui ça change! :)

La traversée de la Forêt Noire enneigée à l'aller était magnifique et presque relaxante si je n'avais pas craint une glissade à chaque virage. Pour le retour, je me suis fait un petit plaisir en prenant l'autoroute... Que dis-je? L'Autobahn! Facilement 100 km de plus, mais comme je me suis laché sur l'accélérateur ça n'a pas pris plus de temps. J'ai juste cramé un plein (20L/100 sur autoroute!!!) et battu mon record de vitesse: 259 km/h au GPS. Avec la boîte manuelle on doit pouvoir aller plus vite, là j'étais à fond de 3° au rupteur, et la 4° est visiblement trop démultipliée pour faire l'affaire. Ah ces américains ;)

L'autre jour, je regardais un reportage à la télé, où il était dit que le fait de tirer un missile pour un pilote d'avion de chasse avait quelque chose de sexuel, je crois que la voiture a un peu le même effet sur moi, sentir les accélérations qui me collent au fond du siège, le déluge mécanique, le ronflement du moteur dans les montées en régime, le tout transmis au train arrière qui fait ce qu'il peut pour transmettre cette puissance démesurée à la route, c'est une sorte de jouissance! :)

Pffff... J'ai acheté un paquet de clopes en faisant le plein en Suisse :( Je viens de le balancer, mais j'ai quand même fumé 4 clopes aujourd'hui... C'est vraiment pas facile d'arrêter! Depuis le 9 octobre, j'ai fumé 11 clopes et un cigare. Bon, comparé aux 1500 clopes que j'aurais fumées si je n'avais pas «arrêté», y'a pas photo... Je reste positif :)

Je me suis aussi remis à mes exercices (pompes, abdos, etc) que j'avais commencé en arrêtant de fumer pour éviter de prendre trop de poids et éviter de ressembler à un légume ;) Visiblement le résultat avait bien plu à Yohann au niveau des biceps et des pectoraux :) Au moins c'est motivant!

J'ai rien de prévu pour nouvel an pour l'instant... Tout le monde est parti pour les fêtes! Hum, peut-être que quelque chose va prendre forme sur Belfort, sinon je pourrai toujours passer le réveillon en Autriche avec le reste de la famille... A voir selon les opportunités et mon humeur...

Je suis en train de m'envoyer un megamix Dance Computer de 1993. Putain, 10 ans! Flashback vers mon adolescence au moment où je jouais au DJ avec les moyens du bord :) A une époque où Yohann avait... 8 ans! Dingue, ça me tue... J'ai vraiment un problème avec le temps qui passe, et visiblement c'est une préoccupation que Floriant a également... Faut croire qu'on partage un certain nombre de complexes et de visions des choses. C'est en fait évident, vu le temps que notre amitié dure, on a forcément plein de choses en commun. Et le week-end passé chez... avec... dans (?!) :) Yohann m'a aussi permi de mieux saisir la relation qu'ils ont, aussi paradoxal que ça puisse paraître. J'aurais du mal à décrire précisément en quoi, j'imagine que c'est un tout, une ambiance, un état d'esprit... Non, je ne suis pas clair, je sais!

Quand j'ai dit à Franck que j'étais à Rennes «voir un copain», il a tout de suite compris... «chez un copain .. hein hein :)» texto... Oui, j'ai craché le morceau!

Samedi 27 décembre 2003 - 13h15

Je viens d'aller faire le plein (finalement la conso n'était que de 17.3L/100!), laver la voiture pour enlever le sel et éviter la corrosion, et faire quelques courses, des produits frais et... légers! C'est toujours une sensation étrange qui règne entre Noël et nouvel an, l'impression que tout fonctionne au ralenti, le froid, le temps gris, les gens hagars, comme un peu sonnés par les excès alimentaires et ethyliques de Noël...

C'est vrai que si on est dépressif, c'est pas évident comme période. Je ne me qualifierais pas de dépressif, mais j'ai effectivement mes moment où le moral n'est pas au plus haut, je pense que c'est lié au manque de lumière en hiver.

Bon, j'ai faim moi!!!

Dimanche 28 décembre 2003 - 15h30

Je regarde par la fenêtre le ciel gris et les nuages qui défilent au-dessus des Vosges, les oiseaux qui volent, le mouvement des arbres dénués de leur feuillage... avec pour fond sonore... de l'eurodance... C'est fou ce qu'en ce moment je peux cogiter; il peut se passer des semaines, voir des mois sans que je ne me pose la moindre question qui sorte de mon boulot ou des impératifs de la vie quotidienne, mais en ce moment c'est absolument terrible ce que je mouline. D'autant plus que j'ai le temps de le faire puisque je suis en vacances!

J'ai du mal à savoir où j'en suis réellement en ce qui concerne mes sentiments. Autant j'ai beaucoup d'affection et de sympathie pour Yohann, autant je ne pense pas que ça aille plus loin que le fait d'avoir vécu ensemble notre première fois. Et tant mieux, ce serait vraiment une situation peu souhaitable pour tant de raisons! La première d'entre elles serait l'horrible impression d'avoir trompé Floriant sur mes intentions.

Maintenant, pour ce qui est des mes deux gays potentiels au boulot, Sébastien et Frédéric, au fur et à mesure que le temps passe, je ne sais plus quoi penser! Mais alors je suis vraiment largué. J'ai la très désagréable sensation d'être en train de tâter le terrain sur les deux voies pour finalement emprunter celle qui voudra bien s'ouvrir à moi. Beau, noble... arg, tu parles! Je ne saurais même réellement dire quelles sont mes intentions, c'est assez terrible.

Pour résumer la façon dont je vois les choses actuellement, je dirais que je ne suis pas resté indifférent au fait que je semblais intéresser Frédéric. Du coup, j'ai commencé à tâter le terrain en émettant quelques signes...

Dimanche 28 décembre 2003 - 21h50

De retour après avoir annoncé mon occupation du week-end dernier à Pierre sur ICQ, qui m'a fait le coup du «tu sais, ça changera rien à nos relations», comme on pourrait l'attendre d'un hétéro :) Bon, il faut dire qu'à une époque où je ne savais pas trop où j'en étais (au niveau de ma sexualité), il a joué au grand frère (il a 9 ans de plus que moi) qui savait tout, et ça m'avait franchement agacé, ce qui a fait qu'on a fini par fixer comme axiome que j'étais hétéro... Donc après s'être presque tapé dessus à ce sujet, j'arrive et j'annonce que ça a changé :) Mais ça va, il l'a bien pris.

Pour en revenir là où j'en étais resté lors de ma dernière entrée, je me demande si Frédéric m'intéresse réellement pour ce qu'il est, plus que pour le fait qu'il semble s'intéresser à moi... Et en ça, j'ai bien vu ces derniers jours que celui à qui je pense, c'est Sébastien! Physiquement, c'est aussi plus mon genre, mais il est super timide! Tellement timide que ç'en est presque maladif... Cela dit, en repensant à nos échanges de regards et à la fois où on s'est retournés l'un sur l'autre après nous être croisés dans le couloir, je me dis qu'il y a vraiment de fortes chances qu'il soit gay et une possibilité que je l'intéresse...

J'ai une bonne semaine avant de reprendre le boulot, et du coup de voir si effectivement, c'est ce que je veux... Ensuite, m'assurer que je ne vais pas droit dans le mur avec un hétéro, et passer à l'attaque... Et là, vu sa timidité, ça m'éclate d'avance d'imaginer sa réaction à un remarque du style «je te trouve super craquant»... Et s'il est hétéro, n'en parlons pas :) Bah, on verra bien!

J'ai commencé à (re)faire gaffe à ce que je mange aujourd'hui... Légumes, soupes, etc... ça n'a rien d'un régime, mais après ces quelques jours d'excès ça fait pas de mal... Et puis bon, oui, c'est vrai, j'aime pas ressembler à un ballon de baudruche! :)

J'ai mis la main sur un remix 2003 de What Is Love, mais je doute qu'il s'agisse de celui que j'avais entendu à la soirée de Noël...

Mardi 30 décembre 2003 - 02h00

Je viens de discuter avec Pierre 1h sur ICQ et 2h30 au téléphone, tout en étant assoupli par deux vodka pamp (la troisième est en cours de descente...). Visiblement, il a passé un assez mauvais Noël, avec deux suicides dans son entourage... On peut effectivement rêver de mieux... En tout cas, on a discuté de ma situation, et ça a fait du bien... Vu le contexte, il a culpabilisé de ne pas avoir pu «m'aider» plus tôt, mais est heureux que la situation, finalement, ait trouvé une issue positive. J'ai appris qu'il a passé plusieurs mois sous antidépresseurs... Comme quoi il y a plus pessimiste que moi...

Toujours est-il que mon homosexualité (ou ma bisexualité?) me semble de plus en plus acceptée, de moi-même comme des autres. C'est vraiment étrange, comme en l'espace de quelques mois, tout a pris une tournure si différente...

Bon, après trois vodka pamp', je commence à être un peu sonné! La suite de mon récit risque donc d'être un peu plus décousue et moins structurée!

Résolument, j'adore l'eurodance (et assimilé). Des réminiscences et nostalgies des années 90 sans doute... Depuis pas mal de mois, mon sport favoris est d'aller découvrir de nouveaux albums intéressants sur eurodancehits.com... En ce moment-même, je profite de «Le Voyage» de Floorfilla. Connais pas, mais aux paroles, ça me semble assez français :) Avec quelques morceaux qui ne me sont pas inconnus. J'adore! C'est marrant de voir à quel point ça peut laisser des générations plus récentes (comme Yohann) indifférentes...

Yohann, d'ailleurs... Chez qui Floriant passe actuellement la semaine! En toute franchise, ça ne me laisse pas complètement indifférent... Mais je crois que c'est plus le fait de penser qu'il y a une semaine, c'est moi qui étais à la place de Floriant qui provoque en moi une certaine nostalgie...

J'adore la musique (de goret, oui, mais de la musique quand même ;)) et après avoir dépensé 3000€ pour équiper mon salon en HiFi et autant pour ma voiture (je sais, je suis fou!), j'ai finalement craqué et acheté un ensemble Creative Cambridge SoundWorks MegaWorks THX 2.1 250D à 180€ (arf la dénomination!). 180€... ça peut paraître totalement prohibitif, moi ça me semble vraiment bon marché pour un bon kit deux voies pour PC, de surcroît avec convertisseur N/A intégré, limite kit au rabais :) Bah, de toutes façons, il paraît que le sub fourni est pas terrible, j'en profiterai pour recycler mon CGA25 dès que j'aurai reçu le CGA30 de remplacement pour mon salon.

D'ailleurs je me fais livrer mon salon d'angle le 2... Cool! Enfin, après plus de 7 ans, j'ai un salon!!!

Je devrai avoir «ma vraie vie à Rouen» demain... Cool :)

Je viens d'essayer d'appeler Michel aux USA... Sans résultat. Putain, en deux ans et demi, je l'ai vu deux fois... C'est vraiment déprimant... Pas de nouvelles et au moment où je tente de le joindre par téléphone: pas de réponse. :(

Mardi 30 décembre 2003 - 18h45

J'ai toujours pas fait de rangement... Je suis pas motivé, et j'ai pas trop le moral. J'ai l'impression que tout le monde s'éclate, que tout le monde a des projets, que tout le monde connaît l'amour, et moi je suis là, sans but, et me prépare à passer nouvel an seul...

Why does my heart
Feel so Bad?
Why does my soul
Feel so Bad?

Moby

Jeudi 1 janvier 2004 - 01h00

Bonne et heureuse année 2004! La seule personne à qui j'ai eu l'occasion de souhaite une bonne année 2004 est Alf, mon chat, puisque j'ai passé nouvel an tout seul cette année!

ça va, je le prends positivement (moi l'éternel déprimé, c'est étonnant!). Foie gras, champagne, Rocky Horror Picture Show et musique à fond (càd radiateur qui vibre à la salle de bains et caisse du chat qui vibre à la cuisine!). Ma mère et Pierre m'ont appelés pour me souhaiter la bonne et heureuse année, j'ai eu un mail de Michel et de Mélanie pour l'instant...

En fait, je suis tellement fatigué que j'ai loupé minuit et le passage à 2004... Donc je vais me coucher de ce pas, comme les vieux!

Jeudi 1 janvier 2004 - 15h00

Voilà, debout sans trop de séquelles :)

J'ai regardé le concert de nouvel an de Vienne, et malgré la qualité assez désastreuse du son NICAM, ça m'a beaucoup plu. J'ai commencé à ranger un peu tout le bordel qu'il y a ici, ne serait-ce que pour permettre qu'on me livre mon salon demain!

Vendredi 2 janvier 2004 - 07h30

ça fait maintenant une bonne heure que je suis réveillé... Alf a décidé de vomir partout...

Au hasard de mes surfs depuis slashdot, je suis tombé sur une page qui résume en 4 arguments la façon de penser de bien des gens:

1. One does not know whether God exists.
2. Not believing in God is bad for one's eternal soul if God does exist.
3. Believing in God is of no consequence if God does not exist.
4. Therefore it is in one's interest to believe in God.

http://www.infidels.org/news/atheism/arguments.html#pascal

A noter que je ne suis en rien athée du fait des positions de l'Eglise sur l'homosexualité ou d'autre sujets qui pourraient me concerner, c'est, je dirais, la «politique» et la façon de penser toute entière que j'exècre. Quand j'ai demandé à ma mère pourquoi elle m'imposait les cours d'éducation religieuse à l'école, que je n'étais pas croyant, elle m'avait rétorqué que ça ne pouvait pas me faire de mal, et que, dans le «pire des cas», je pourrais ne pas cautionner en sachant de quoi je parle (bon, c'était pas formulé exactement de la façon...). Mais elle ne croyait pas si bien dire :)

Bref, donc pour en revenir à la façon de penser que je citais, c'est ce qui nous donne les pires des «croyants». Bon, de là à être intégriste, ce n'est peut-être pas forcément mieux non plus...

Bien, me voilà shooté avec mon café matinal, je vais pouvoir aller faire les courses! Ce soir, Franck vient manger, j'imagine qu'on va parler... de moi :)

Beuh, le pauvre, il fait... 122 kg!!! ça fait relativiser quand on se dit que 71 c'est un peu beaucoup :)

Bon, zou, je fais décoller les 288ch de mon bolide de... courses :)

Dimanche 4 janvier 2004 - 23h50

Waouw. Tant de choses se sont passées ces derniers jours. Franck est venu manger vendredi comme prévu, on a discuté un peu... Rien de neuf... Ce soir j'ai eu Yohann au téléphone. ça m'a fait beaucoup de bien de discuter à la fois de ce qui s'est passé il y a deux semaines, mais également de ma situation, mon homosexualité refoulée, mon père, plein de choses... J'ai ensuite eu Floriant au téléphone un court moment... Bah, ce soir encore je suis bien «assoupli».

Demain je reprends le boulot.... Beuh... J'adore «Bang Bang (My Baby Shot Me Down)» de Cher (BO de Kill Bill, interprétée par Nancy Sinatra), j'arrête pas de me la passer en boucle...

Lundi 5 janvier 2004 - 20h00

Reprise du boulot. Dur dur, malgré mon overdose de café ce matin j'ai fini par m'endormir devant la télé en rentrant ce soir. J'avoue que je ne sais plus trop que penser de Frédéric et de Sébastien. Bon, à vrai dire, je pense m'être peut-être trompé au sujet de Frédéric, mais pas à propos de Sébastien. Et surtout de mes sentiments, je ne sais vraiment plus où j'en suis. Déjà, je devrais peut-être commencer par là avant de penser à quoi que ce soit d'autre.

J'ai mangé avec Manu ce midi, et fatalement on a parlé de mon escapade à Rennes. Et de son expérience avec un mec, j'ai été assez surpris par le fait qu'il est plutôt passif... Lol, tant que ça lui donne pas des idées, tout ira bien :) Au moins de ce côté-là je peux dire que c'est une relation sans ambiguïté qu'il y a entre nous. Enfin en ce qui me concerne pour le moins, c'est vraiment un truc qui ne m'a jamais traversé l'esprit.

Mardi 6 janvier 2004 - 22h40

Non, je n'ai pas de doutes! Quand Frédéric passe dans le couloir et que nos regards se croisent (à vrai dire, c'est souvent plus qu'un bref et furtif moment), je fonds. Je suis à la limite d'avoir besoin d'un pacemaker et d'une assistance respiratoire par moments! Mais est-ce réciproque? Je ne sais vraiment pas quoi penser!!! Comment savoir? Bon, c'est sûr, l'attaque de front est radicale, mais si ça se passe mal? Dans ce cas-là ce serait radical aussi! Ce qui est agaçant, c'est que je n'ai vraiment rien qui puisse me mettre sur une quelconque voie, qu'elle aille dans le sens que je voudrais ou non!

Jeudi 8 janvier 2004 - 13h00

Pas de réseau, j'attends le retour des techniciens et je suis coupé du monde, je profite donc d'un moment de tranquillité passagère, seul dans le bureau, pour compléter le journal.

Hier Frédéric n'était pas là, et cette absence était pour moi un réel manque. Je ne doute plus, je l'aime. Oui, cette sensation si particulière que je n'avais plus ressentie pendant des années, voilà qu'elle se manifeste à nouveau. Et pour un mec. Et en plus, je le prends très naturellement, je crois que c'est quelque chose que j'accepte enfin.

A tel point que j'ai failli corriger Rachid, hier, quand il a parlé de «mes copines», mais je ne l'ai pas fait. J'avoue que j'hésite à en parler au boulot, d'autant plus qu'au niveau insonorisation, ici, c'est perfectible!

Mais bon, je suis toujours face au même problème, comment l'annoncer à Frédéric? Je ne suis vraiment pas sûr de la façon dont il va le prendre, et franchement, ça me mettrait assez mal à l'aise qu'il aille répéter mes dires à tout le monde. Ce serait le cas aussi avec une fille, cela dit, il est vrai qu'en plus, je ne tiens pas particulièrement à être catalogué comme homo auprès de toute la boîte.

C'est pour ça que j'aimerais tant mieux savoir quels sont ses sentiments à mon égard, ou du moins s'il s'agit de quelque chose qu'il comprendrait... Je l'aime, et je ne compte pas laisser passer cette occasion, j'ai assez perdu de temps dans ma vie pour ne pas avoir envie de passer à côté de quelque chose. Me connaissant, je prendrais sans doute un jour l'initiative de tout déballer sans que ce soit réellement planifié, j'espère simplement avoir une opportunité de le faire sans que ça ait l'air de venir comme un cheveu sur la soupe.

Au moins lui faire comprendre que je suis homo, ce serait, je pense, un début qui pourrait bien faire avancer les choses, du moins si lui aussi se pose les mêmes questions à mon sujet. Mais lui annoncer ça sans que ça paraisse «louche», c'est toute la complexité de la chose.

Assez remonté, je pourrais aussi tenter une approche du genre «J'ai ma visite médicale demain, il faudra que je parle au Docteur des palpitations cardiaques que j'ai quand je croise ton regard dans le couloir». Mais là, ça ne laisse pas place au doute!

Jeudi 8 janvier 2004 - 22h30

J'ai rédigé une lettre pour Frédéric. Reste à trouver un moment pour lui donner la version papier ou mail... Enfin bon, au moins j'aurai quelque chose de prêt sous la main si jamais je pète les plombs et que je décide de franchir le pas :)

L'album «Thank You For The Music» d'E-Rotic est vraiment génial. Des reprises légèrement modernisées de tubes d'Abba. ça rend réellement bien, et d'autant plus maintenant sur mon nouveau système THX :)

Demain soir je passe prendre l'apéro (disons que je fournis la Veuve Cliquot) et manger avec Pierre et Manu...

Samedi 10 janvier 2004 - 01h15

Me voilà de retour (malgré 4 bonnes coupes de champagne)... On a fait la fermeture de la Dolce Vita avec des amis à Pierre et Manu. C'était sympa. Je n'y était pas retourné depuis une bouffe de DESS organisée en 2001!

Bah, sinon... Frédéric avait l'air super heureux de me voir aujourd'hui, son «Salut!» était de pure politesse. Voilà comment je me retrouve dans un moment de doute... Je crois que je couve un rhume... Pffff... Fait chier!

Bon, j'ai rien de bien palpitant à raconter ce soir... Je vais me finir à coup de Pinot Noir.

Samedi 10 janvier 2004 - 23h50

Alors là, Yohann dirait «Alcoolo» :) Mel et Manu étaient là ce soir pour une fondue, et on s'est envoyé 4 bouteilles de 75 cl à 2... Un cidre, une Grimbergen, un Sylvaner et un Pinot Noir... J'avoue que Why Me (Club Mix) de Desire, me transcende d'autant plus là :) On a parlé notamment de voitures américaines... :) C'est clair qu'au niveau performances et agrément de conduite par rapport au prix d'achat, ça bât tout...

Mais pour en revenir à des sujets plus gays, j'en suis à me (re)demander où j'en suis... Frédéric pas très «motivé», je m'interroge sérieusement quant à l'opportunité de tenter une approche avec Sébastien. Je m'interroge sur la sincérité de mes sentiments... Je me sens un peu girouette en ce moment! D'un autre côté, je ne saute pas non plus sur tout ce qui bouge et qui est homo! J'en suis la preuve vivante, si j'ose dire! Oui, mes dires ne sont pas forcément des plus cohérents ce soir, mais euh bon, j'ai un peu bu quoi :)

Maintenant que j'ai enfin accepté le fait que j'aimais les mecs, j'ai envie de trouver l'amour et de le vivre! Cette chose qui (hétérosexuellement parlant) me paraissait sans intérêt, reprend tout d'un coup un intérêt particulier... avec un mec! Qui peut mieux comprendre un mec qu'un autre? Que ce soit sexuellement ou d'autres points de vues... ça me parait clair.

Je m'étonne moi-même de la vitesse à laquelle j'ai fini par accepter... bah, par m'accepter avec mon homosexualité! En l'espace de quelques mois, tant de choses ont changé! J'en parle, je le vis, et j'élabore des projets sur le futur à ce sujet! C'est amusant de voir que ça coïncide à peu près avec la période à laquelle j'ai arrêté de fumer... Visiblement une envie de changements dans ma vie...

Sébastien est mignon... Mais Sébastien est super timide aussi... Par contre j'ai l'impression que j'ai bien plus de chances avec lui qu'avec Frédéric... Bien qu'il y a quelques jours j'étais persuadé que j'aimais Frédéric... Rhhaaaaaa... Est-ce réellement la peine de me poser tant de questions??? Oui, tirer un coup avec Sébastien serait très bien... Si ça peut aller plus loin, pourquoi pas? Mais dois-je me poser toutes ces questions? Vraiment, c'est agaçant... D'autant plus que j'ai un peu l'impression de débarquer dans quelque chose que je ne connais pas, et que c'est un domaine dans lequel j'ai de nombreuses années de retard!

Soyons honnêtes: Yohann ne serait pas «pris» (arf!) que je n'hésiterais pas un seul instant à envisager d'aller plus loin avec lui. Oui... ça m'éclate de le percevoir à la fois comme un ami et un partenaire sexuel sans qu'il y ait pourtant réellement de sentiments d'amour entre nous... S'il est bien une personne à laquelle je me suis confié récemment en détail, sur mon homosexualité, mes rapports avec mon père, ou ma situation financière, c'est bien Yohann... J'ai du mal à dire pourquoi lui plutôt qu'un autre, mais en tout cas je ne regrette pas de l'avoir fait!

Bon, euh, j'ai vraiment du mal à me concentrer là, je crois que je vais faire une pause dodo :)

Dimanche 11 janvier 2004 - 04h15

Voici ma pause nocturne de soirée post grosse descente... Le temps de purger les 2L de flotte qui ont terminé la soirée et de m'envoyer un plat de haricots verts et encore un peu à boire... Me revoilà à peu près lucide sans trop de séquelles :) Avec l'âge on acquiert quelques expériences de la boisson et comment éviter les lendemains difficiles...

Euh bon, visiblement je suis trop fatigué pour raconter quelque chose d'intelligent :) Bon dodo!

Lundi 19 janvier 2004 - 23h30

ça fait longtemps depuis ma dernière entrée dans ce journal. Déjà, ce soir j'ai les nerfs, un connard m'a rayé ma portière droite sur le parking au boulot en se garant (ou en partant) sans laisser de mot... Fait chier, une caisse qui était nickel et dont je prenais super soin... Paf... Du fric et du temps de perdu... Aucun mot, le type (ou la nana) a sans doute rien sur son par-choc... Merde! Si au moins je jouais au con et que je la plantais moi-même, au moins j'aurais la «satisfaction» d'être complètement responsable, mais là... hummm trop énervé...

Lundi 26 janvier 2004 - 22h15

ça y est, je l'ai dit à Frédéric, et je me suis pris une veste, comme c'était prévisible... J'ai pas envie de revenir sur cette histoire maintenant. J'ai aussi raconté toute l'histoire à David, qui l'a très bien pris... ça au moins c'est cool...

Mardi 27 janvier 2004 - 22h00

Bon, je vais mieux qu'hier soir... J'ai dormi deux fois 1h30 la nuit dernière, c'était franchement pas terrible. Résultat, je suis allé au boulot à... 5h50 ce matin pour me changer les idées...

Donc hier soir, au moment où Frédéric s'en allait vers 17h50, je l'ai intercepté! Alors que je mettais des formes préalables, en lui expliquant en gros que c'était quelque chose qui me pesait depuis longtemps, que j'espérais qu'il comprendrait ma démarche quelle que soit son opinion sur la chose, je sentais bien dans son impatience (qui frôlait presque l'agacement) qu'il s'attendait à quelque chose de professionnel! En somme, avant même de lui dire ce que je pouvais ressentir pour lui, je savais qu'il ne fallait plus espérer. Mais je lui ai dit tout de même, quel intérêt à ce moment-là d'esquiver ou de trouver un truc «pro» pas vraiment crédible à dire? Autant aller au bout de ma démarche.

Bref, je lui ai dit les yeux dans les yeux que je l'aimais. ça n'a pas du m'arriver depuis 98, et jamais avec un mec. Bref, il était assez sur le cul, car c'est visiblement quelque chose qu'il n'attendais absolument pas. Il n'a pas eu l'air de trop mal réagir, puisqu'il m'a dit que si effectivement ça me travaillait au point que je lui avais dit, c'était bien d'avoir fait cette démarche, mais que je devais être bien conscient qu'il ne pouvait pas y avoir de suite à tout ça (et non, je ne lui ai pas demandé clairement s'il était homo ou pas, et franchement dans le cas présent, c'est pas ce qui m'intéresse).

Il a visiblement été relativement surpris que je puisse éprouver de tels sentiments pour lui, étant donné qu'on n'avait pas de relations particulières au boulot. Je lui ai expliqué que j'ai bien douté, mais qu'au fur et à mesure que le temps passait, j'étais bien obligé de me rendre à l'évidence par mes réactions à sa présence, ses absences, nos échanges de regards.

Et là, le truc qui tue: il avait bien remarqué que je le regardais à chaque fois qu'il passait, mais que pour lui c'était devenu une sorte de défi de retourner ce regard, qu'il s'imaginait quelque chose du genre que je pouvais fliquer les gens, à quelle heure ils arrivaient, etc... Oh putain!!! Misère...

Enfin voilà, ma première veste avec un mec...

Evidemment j'ai appelé Yohann en rentrant, puis Floriant, et enfin David, à qui j'ai tout raconté (enfin pas les détails concernant Frédéric mais le fait que j'aimais les mecs), et il l'a super bien pris. Il est génial... Franchement, j'avais peur qu'il interprète mal certaines situations potentiellement ambiguës du passé, qui pour moi n'étaient que des délires sans réelles arrières-pensées, mais bon, on ne sait jamais... Bref, il m'a fait tout un speech à la David pour me dire que ça ne changerait rien pour lui, et venant de lui ça m'a beaucoup touché. C'est le premier vrai ami à qui je l'annonce et qui n'est ni gay ni bi.

J'ai finalement envoyé un SMS à Pierre, qui m'a rappelé quasi immédiatement, alors que l'heure n'était pas des plus propices pour lui au boulot. J'ai beaucoup apprécié son geste.

J'ai aussi annoncé aujourd'hui à Manu que je m'étais pris une veste - je ne lui avais pas parlé de Frédéric et des sentiments que j'avais pour lui, car j'ai l'impression que son côté bi consiste plus à simplement aimer tirer un coup avec un mec sans se prendre la tête. Je pense qu'il serait tout à fait apte à comprendre que je puisse aimer un mec, mais j'avais, avant du moins, pas envie de prendre le risque de me tromper de personne, voilà tout...

Et puis, pour compléter le tout, j'en ai aussi parlé à Rachid au boulot. Pas de Frédéric en particulier, quoi que j'aurais pu, et du coup je lui ai fait comprendre que j'étais homo un corrigeant un «une» en «un» (je ne me souviens plus du contexte ni des termes précis, j'imagine que le mot qui suivant devait être ami(e)). Bref, à priori rien de traumatisant pour lui, d'autant qu'il m'avait un jour dit qu'il pensait que je pouvais être gay, ce qu'à l'époque j'avais nié ou à la rigueur ignoré/dévié, ce qui revient au même...

Enfin voilà, l'aspect positif dans tout ça c'est que j'ai eu les couilles de dire à un mec que je l'aimais alors que je sentais qu'il n'y avait aucune chance que ce soit réciproque au moment où je l'ai annoncé, mais du coup j'ai également fait mon coming-out auprès de David et au boulot. Bah, faut croire que je commence à m'assumer...

Vendredi 27 février 2004 - 22h20

ça fait exactement un mois depuis ma dernière entrée dans ce journal. Exactement un mois que je me suis pris mon premier rateau gay... Quelle joie... Quoi de neuf depuis? Bah, pas grand chose... Quelques comings-out, en gros, il reste Cyrille, Michel, ma mère, et j'aurai fait le tour...

Electronic Pleasure (mon CD du moment), N-Trance, 1996, juin, fête post-bac de Manu L. au foyer MDPA à Wittelsheim. C'est marrant comme un tube est associé à tout un tas de souvenirs... Et quand je me dis que c'était il y a 7 ans et demi, ça me donne presque envie de gerber tellement j'ai du mal à supporter l'idée que le temps passe et que je n'y peux rien. Rien du tout.

Le pire, c'est que même maintenant, où j'ai «dé-bloqué» (dans le sens positif du terme!), je ne me sens pas réellement mieux... Je suis seul, et ça me pèse... J'ai mis une petite annonce sur gayvox.com, et après quelques jours, ça ne me semble pas réellement être un succès. Deux types de 35 et 38 ans m'ont demandé en chat... Oh joie... Déjà que j'ai du mal à imaginer partager ma vie avec quelqu'un d'à peine plus âgé, 10 ans de plus... n'en parlons pas!

Ah ben oui, quand j'étais hétéro (ou du moins que je me plaisais à le penser), j'avais un succès assez colossal auprès des homos... Et maintenant, nada, plus rien, c'est vraiment déprimant...

Je crois que (arg, 4 ans et demi après celui de Floriant) je vais mettre mon journal en ligne. Si ça peut aider ne serait-ce qu'une personne, si ça peut me faire rencontrer quelqu'un qui partage mes idées, pourquoi pas?

Lundi 1 mars 2004 - 22h10

Et voilà, ce soir à minuit (le temps que le compte Free soit activé), ce journal sera en ligne. J'y apporte les dernières retouches au niveau de la feuille de styles. Globalement, je suis assez content du design, c'est simple et efficace!

Mardi 2 mars 2004 - 20h50

Bon, la mise en ligne du journal ne sera finalement pas pour aujourd'hui, mon espace web n'a pas encore été activé pour l'instant. Je pourrais en profiter pour corriger toutes les fautes d'orthographe des entrées précédentes du journal, hier, Floriant, en le lisant, m'a fait remarquer qu'il y en avait plein. Mais non, je ne vais pas les corriger :) Du moins pas ce soir!

Pause café aujourd'hui au boulot avec Sébastien (et d'autres personnes). Je suis sûr qu'il est gay!!! J'y mettrais... euh non, aucun membre à couper, à vrai dire, depuis ma colossale erreur avec Frédéric je me dis que je devrais être un peu plus méfiant. Cela dit, mes impressions sur la «gayté potentielle» des gens s'est souvent avérée exacte; il semble logique que quand on souhaite que quelqu'un le soit, le jugement n'est forcément plus objectif (si j'ose employer le terme d'objectif). Et pour continuer ma démarche d'auto-conviction, concernant Frédéric, j'ai alterné les périodes de doute et de conviction avant de connaître la vérité. Si je pousse encore plus loin mon raisonnement à la con, je pourrais même dire qu'il ne m'a pas dit qu'il n'était pas gay... Mais bref, revenons-en à Sébastien: ses attitudes, ses regards, son comportement, sa façon de s'habiller, sa voiture, le fait qu'il n'ait pas de copine, tout ça ensemble me conforte bien dans mon idée.

Qu'est-ce que ça peut me foutre qu'il soit homo ou pas? C'est amusant, au moment où j'écris ces lignes, je pense à son petit cul super mignon, et l'espace vital à l'intérieur de mon slip diminue dangereusement. Bon, ça répond à la question, je crois... Et en plus il est blond :) Mais contrairement à Frédéric, il s'agit d'une attirance à priori uniquement charnelle. Et non, je ne suis pas intéressé par tout ce qui est potentiellement gay et facile d'accès. D'une part parce que je connais des gays «faciles d'accès» (c'est à dire que je côtoie) et qui seraient potentiellement partants mais qui ne m'intéressent pas (sexuellement du moins), d'autre part, parce que le «facile d'accès» ne me tente pas spécialement (à savoir aller «faire mon shopping» dans des bars, boîtes, saunas, lieux de rencontre gays). Non, résolument, l'aspect «marchandise» me dérange vraiment...

A priori, s'il est pas complètement con (et effectivement gay), il y a des chances qu'il ait remarqué que moi aussi je l'étais (gay)... J'aimerais bien pousser un peu plus les choses pour voir comment il réagit, mais je ne vois pas trop comment faire sans que ça paraisse tout de suite «trop explicite».

Mercredi 3 mars 2004 - 18h20

ça y est! Mon Gay-Journal est... online! Pas encore de visiteur «humain» pour l'instant, il faudra pour ça attendre qu'il se fasse indexer par quelques moteurs de recherche. Je vais pas tarder à aller dîner chez la grand-mère à Manu, ce soir c'est fondue savoyarde... Du coup j'ai pas mangé trop lourd ce midi...

Je serai peut-être un peu plus bavard en rentrant ce soir. Cependant y'a un truc qui m'a vraiment marqué aujourd'hui: Frédéric était assez fatigué et je l'ai trouvé franchement moche! Je sais que c'est pas sympa, mais il m'a fait penser à un basset avec ses cernes, ses yeux gonflés son air malheureux. A quel point cette perception (qui dans l'absolu n'est pas forcément plus objective que quand je le trouve mignon) est-elle influencée par ma volonté de tourner la page? Car même si je n'en suis pas pleinement conscient, je pense que c'est ce qui est en train de se passer. Ou alors, inversement, l'espoir d'une possible relation l'aurait-il sublimé à mes yeux?

Bon, vroum vroum miam!

Mercredi 3 mars 2004 - 22h40

Ouahhh, je suis calé de chez calé, la fondue c'est assez terrible. Un jour je m'habituerai à la boîte auto. Le jour où je roulerai cool avec une routière au mazout. J'arrive bien à prédire quand se font les changements de rapports, à les accélérer ou à les retarder un peu, à jouer des positions 2 et D sans overdrive. Quand on est américain, qu'on vit en Amérique et qu'on a un muscle car, la boîte auto c'est sans doute idéal, mais moi ça me lourde... C'est pas sport, y'a pas de frein moteur, seulement 3 rapports pour monter jusqu'à 260, une éternité pour basculer entre la marche avant et la marche arrière, souvent, la boîte passe le 3° ou le 4° rapport alors qu'on vient complètement de lâcher l'accélérateur et qu'on serait plutôt à vouloir rétrograder, si on veut accélérer copieusement mais sans pour autant rétrograder, ben c'est pas possible, la boîte fait un kick down... Au moins, sur les perfs brutes, la boîte auto n'a quasiment pas d'impact négatif, du fait du couple monstrueux du V8 et du gain de poids par rapport à la boîte méca... Bien, c'est fun, j'ai eu un vrai muscle car pur et dur, sur la prochaine je veux une boîte méca :)

La soirée a été très sympa, comme d'habitude avec la mamie de Manu! C'est quelqu'un de vraiment jeune d'esprit, d'ouvert, et moi je trouve ça toujours très intéressant d'échanger des points de vues et des idées avec des personnes qui ont une certaine maturité et expérience de la vie.

Je sais, je passe du coq à l'âne, mais j'écris comme ça vient! Hormis mes goûts musicaux principalement orientés musique électronique, j'ai des goûts plus «étranges». Oui, ça va faire un peu coming-out, sauf que là je crois qu'il y a presque moins de gens de mon âge qui partagent ce goût musical qu'il n'y a de gays ;) Tous ceux à qui j'en parle me regardent un peu comme un extra-terrestre... Alors, alors, c'est quoi? Ben j'aime bien Nana Mouskouri :) Et non, ce n'est pas une blague ;) Le fait qu'elle ait bercé mon enfance y contribue peut-être, je me souviens encore de ce jour où, tout petit, j'ai fondu en larmes réfugié dans le lit de ma mère lorsque j'ai appris que Nana n'était pas française. Oui, ça me fait aussi sourire, d'autant plus que je n'ai sans doute plus du être aussi chauvin depuis cette époque :) Mais bref, j'aime beaucoup les magnifiques mélodies, les textes, et le timbre de sa voix! C'est toujours si relaxant...

Et bon, tant qu'à «confesser» ce que beaucoup considéreront comme des «goûts de merde», j'aime aussi regarder Derrick. L'ambiance, les musiques, les couleurs: jaune, vert pâle, brun, le grain du film, la tension subtilement perceptible, le suspense, les scénarii toujours remplis d'éléments imprévisibles et pleins de rebondissements, la gestion très germanique de tout ça... Derrick m'a valu beaucoup de nuits raccourcies :)

Non, je ne vais pas parler d'Andy Borg et de ses compères, je me réserve encore quelques «surprises» pour plus tard ;)

Vendredi 5 mars 2004 - 00h30

Wow... «Encore et encore», de Francis Cabrel, date de... 1985!!! Et c'est qui qui se prend encore une claque dans la gueule? C'est moi!!! J'avais pas réalisé que ce tube datait à ce point. L'année de naissance de Yohann... L'époque où on assouvissait ses envies d'orgies musicales en regardant tourner des disques de vinyle...

Dans quelques années, le «tout numérique» sera une réalité. Appareils photo, DVD, télé, camescopes, photocopieurs, CD, radio, courriers, tout ça en numérique à relativement grande échelle dès à présent! Même le cinéma s'y met d'un bout à l'autre de la chaîne. Malgré les avantages qualitatifs et les aspects pratiques du numérique, je ne peux qu'être triste à l'idée que d'ici quelques années notre culture, notre patrimoine et nos souvenirs ne seront plus que des flots impersonnels et sans âme de données binaires! Et dont je m'interroge quant à la pérénité à long terme.

Dans 200 ans, serons-nous capables de retrouver les correspondances des grands de ce monde (où même d'anonymes, cela n'a aucune sorte d'importance) comme cela a très souvent été le cas par le passé? Des correspondances par email ou par messager instantané? Avec des photos envoyées en pièce jointe... Je me permets de douter. De la même façon (et pour les mêmes raisons - une attitude purement égoïste à court terme) que nous foutons à l'air notre planète, nous nous condamnons peut-être à ne laisser aucune trace, aucun souvenir de notre passage, de notre existence, de notre oeuvre!

Non, je n'ai pas bu, non, je ne suis pas contre l'évolution technologie, je suis le premier à en jouir et à en vivre, au même titre que je contribue à la destruction de notre planète avec mon V8, ma consommation électricité et mes déchets. Combien d'africains faut-il pour arriver à consommer autant de ressources qu'un européen? Je ne sais pas, mais ça doit être vraiment impressionnant... Nous en sommes tous conscients, et pourtant nous ne sommes pas prêts à renoncer à notre confort!

Sur une note plus gay, j'ai eu l'occasion d'échanger un grand sourire avec un charmant jeune homme qui passait par l'accueil du boulot où je me trouvais à ce moment-là. Un sourire que je qualifierais d'«entendu». C'est con mais ça fait plaisir! :)

1h15... Pffff... Qui est-ce qui va ressembler à un zombie? C'est Bibi!!!

Vendredi 5 mars 2004 - 08h00

Qui a la tête dans le cul? C'est Lulu :)

Hier soir, je suis encore resté scotché devant la télé à regarder la fin d'une rediffusion d'«Affaires de famille» sur M6. Résultat: c'est à 2h30 que j'ai du me coucher! C'était donc une émission spéciale adolescents/parents. J'ai été très amusé par les deux derniers sujets, et surtout leur enchaînement. Tout d'abord «je veux être danseur étoile, mes parents sont contre» (le titre accrocheur officiel) où un garçon de 11 ans prend des cours de danse classique, alors que son père lui préférerait des activités plus «viriles». Forcément, on pense à Billy Eliott, et interrogé à ce sujet par la présentatrice qui souligne qu'il doit être difficile d'assumer une passion plutôt féminine, le garçon à même répondu que ce qui l'avait motivé à se lancer dans la danse, c'était le film Billy Eliott. Intervient le psychologue de l'émission (comme c'est souvent à la mode en ce moment, visiblement ça donner un semblant de «caution») dont le message est, en somme, que de nos jours il n'y a plus trop de distinction entre les hommes et les femmes... Ce que j'ai perçu, et c'était probablement voulu ainsi, au sens large.

Et là... Transition recherchée, de bon goût, et qui ne favorise en rien des amalgames (un peu comme envoyer un sujet sur les homosexuels juste après avoir parlé d'une affaire de pédophilie au JT), on passe au reportage suivant: «mon homosexualité choque mes parents». Tout d'abord, au même titre que les parents du danseur étoile n'étaient pas contre, les parents de Mickael ne sont pas réellement choqués. Le reportage est présenté comme allant montrer un coming-out, ce qui n'est pas le cas puisque ce dernier a été fait, on l'apprend par la suite, bien avant. Bref, tout ça fait assez «convenu», aux limites de la mise en scène pour le reportage. Et surtout, on a l'impression que l'homosexuel en question a été méticuleusement choisi. Il est extrêmement «maniéré» pour reprendre les termes de sa soeur, à tel point que ç'en est presque caricatural. Personnellement, je n'ai jamais connu ou vu d'homo qui le soit à ce point. Non pas que ça me pose un problème, il est ce qu'il est et tant mieux s'il vit bien en étant lui-même, c'est ce que je souhaite à tout le monde et à moi en particulier ;) Non, ce qui m'agace, c'est l'approche «journalistique». ça me fait penser à mes vacances en Vendée, où nos voisins au camping étaient très surpris que nous puissions être alsaciens car nous n'avions pas un accent à couper au couteau... comme l'avaient tous les alsaciens interviewés à la télé...

Sur le plateau, le psychologue a cependant dit quelque chose qui m'a semblé très vrai: que souvent c'est l'entourage qui remarque en premier et fait remarquer à quel qu'il est homosexuel. Dans mon cas, du moins, c'est on ne peut plus exact, même si, quelque part, je pense qu'au fond de moi je le savais...

Vendredi 5 mars 2004 - 22h10

Beuh, y'a rien à la télé ce soir! De prima bord, «les enfoirés dans l'espace» est l'option la plus supportable. Mais vraiment, les Enfoirés, je peux pas! Autant, pris individuellement, y'a pas mal d'artistes tout à fait appréciables, autant dans leur version enfoirée, ça fait penser à une grande orgie masturbatoire de bonne conscience humanitaire collective à coups de renforts de 'dimat et donc d'espaces publicitaires pour TF1. Et moi, dans l'humanitaire, je fais quoi? Rien! Oui, donc je pourrais fermer ma gueule et passer à un autre sujet! :)

Aujourd'hui, plus d'une centaine de personnes ont visité mon journal suite à son ajout dans l'annuaire de Têtu. Assez impressionnant! Oui, en termes de présence web, c'est pas grand chose, mais pour moi ça fait tout de suite beaucoup de personnes touchées. Très rapidement! Et déjà deux mails très sympa de Romuald, le webmaster de webgaylife.com, sur lequel on trouve également un journal (que je n'ai pas encore lu, d'ailleurs!) et de Stéphane, un garçon qui semble être à peu près dans la même situation que moi il y a quelques mois! Non pas que je cherche particulièrement à nouer contact avec de nouvelles personnes, mais ça fait plaisir tout de même!

Modern Talking (que j'écoute en ce moment)... David dirait: «c'est Germain, donc c'est bien» :) Une vraie machine à tubes, surtout lorsqu'on écoute les megamixes de 35, 70 ou... 150 minutes! Bref oui, j'aime beaucoup, paroles poétiques, rythmes... Non vraiment, j'aime beaucoup!

Et hop, je passe encore du coq à l'âne, c'est décousu, mais c'est ma troisième entrée du journal aujourd'hui, et je dois être à 1,5 grammes ;) Bon, à part que le vendredi soir c'est torche, je disais quoi? Oui, ce midi, resto avec Valérie (une ancienne collègue de la boîte) et quelques autres collègues du boulot. Même si on n'a pas eu de rapports particulièrement forts extra-professionnellement parlant, ça m'a fait très plaisir de la revoir. Je me suis aussi surpris à trouver la copine de Dominique extrêmement attrayante/attractive, que ce soit physiquement ou par sa beauté intérieure (état d'esprit, attitude, façon de penser, etc.). Et les serveuses du resto chinois, des vraies bombes, mais ça m'a laissé relativement indifférent... Enfin oui, j'ai bien remarqué qu'elles étaient belles, et comme des oeuvres d'art, je les ai admiré. Mais sur un plan plus sexuel/physique, elles me laissent plutôt indifférent. Rhaaaaa... Vraiment c'est difficile... Franchement, je ne sais pas! Je ne peux pas catégoriquement exclure d'aimer, de vivre, ou d'avoir des relations sexuelles avec une fille, même si globalement les mecs m'attirent beaucoup plus! Je dois être gay avec des tendances bi... Pffff... Y'a pas deux heures, je disais à Stéphane que l'important n'étais pas de se caser à tout prix dans une catégorie, mais de vivre les choses comme on en avait envie. Oui, certes, mais force est de constater que je me pose bien des questions...

En rentrant du boulot, j'ai fait un assez long tour en voiture pour me changer les idées... Ahhhh le V8, ahhhh la stabilité sur autoroute, le plaisir de conduite... Et tout ça pour 30000€ neuf. On peut leur reprocher bien des choses aux américains, mais alors pas leur idée du simple, efficace, éprouvé, surdimensionné et pas cher au niveau automobile :) Ah ben oui, pour le même prix en occasion, une BMW 320d, plaisir inexistant, indifférence la plus totale des passants, et certainement pas des perfs de 911. Ma prochaine voiture sera résolument un coupé américain ou du moins à l'américaine ;) Et je peux avec à peu près autant de certitude affirmer que cette entrée sera la dernière pour aujourd'hui :)

Samedi 6 mars 2004 - 21h45

En relisant les dernières entrées de mon journal, je me dis que par moment je me «jeanclaudevandammise». Et oui, je sais aussi que je suis chiant quand je parle voiture, mais c'est plus fort que moi, je peux pas m'empêcher d'adorer ça et d'en parler :)

Je suis vraiment hyper fatigué! Tout à l'heure, je me suis endormi devant... c'était quoi au fait? Le journal je crois. Et pourtant j'ai dormi pas loin de 11h la nuit dernière. Il serait vraiment plus sage que je me couche un peu plus tôt en semaine, ça m'éviterait d'être décalqué comme ça les week-ends. Là encore, ça peut aller, je vais avoir un minimum d'activité: un ciné cet après-midi avec Manu et un café demain avec Pierre (oui, clairement, c'est très éprouvant tout ça...), mais il m'arrive de ne pas sortir de chez moi du week-end! Parfois c'est voulu, j'aime bien me retrouver dans le confort de mon petit chez moi à larver devant une série de films, à me balader tout nu alors que dehors il fait froid et gris, retourner sous la couette... mais parfois c'est aussi de la paresse couplée à un vrai manque de motivation! ça fait une éternité que je ne suis plus allé en boîte, mais franchement je ne vois vraiment pas comment je tiendrais le coup jusqu'à 4-5h du mat'!

En vidant le lave-vaisselle, tout à l'heure, je réfléchissais à ces mecs qui se disent bi simplement parce qu'ils aiment se faire mettre (amis de la poésie, bonsoir!). Mais c'est de la connerie!!! Si on a une vie hétérosexuelle et qu'en plus de ça on est amateur de stimulation prostatique, est-ce que mérite le qualificatif de bi? D'un point de vue technique, peut-être, puisque sans accessoires, il faut recourir à un mec pour prendre un certain type de plaisir. Mais s'il n'y a pas d'attraction physique?! Bon, étymologiquement «bisexuel» indique bien qu'on parle de cul et c'est tout. Enfin voilà, pour moi c'est pas du tout pareil, j'aime les mecs (enfin «mec» c'est peut-être un peu trop fort, et «garçon» un peu trop... pédophile?), je les trouve beaux, ils m'attirent, et le sexe est en quelques sortes l'«aboutissement» logique de tout ça.

Dimanche 7 mars 2004 - 22h30

Comme prévu, ce dimanche fut d'un dynamisme tout particulier! J'ai descendu les poubelles, je suis allé laver ma voiture, écrit quelques mails, quelques fonctions PHP, et allé prendre quelques cafés en fin d'après-midi avec Pierre (je vais donc bien dormir ce soir...). On a discuté de choses et d'autres (principalement à thématique gay) pendant près de deux heures. Ah oui, tordant: il trouve que je ressemble à Justin Timberlake... On me l'avait pas encore faite celle-là... Flatteur mais pas forcément réaliste :)

Il n'arrive pas à comprendre que ma vie sexuelle soit un... néant total. Oui, c'est sûr que présenté comme ça, c'est pas très excitant... si j'ose dire! Oui, certes, je ne rattrape pas le temps perdu à un rythme soutenu, ce n'est pas mon but, et je crois que même si je le voulais, j'aurais beaucoup de mal. D'ailleurs: je ne saurais dire ce que je veux vraiment! Trouver l'Amour? ça me semble tellement improbable que j'ose à peine raisonnablement l'espérer. Un peu comme si je comptais sérieusement gagner la super cagnotte au Loto. Alors oui, le Loto, je n'y joue pas, je n'ai donc aucune chance de gagner. Et en Amour, on «joue»? Quoique, vu comme ça, j'ai déjà tenté ma chance (comme 100% des gagnants du Loto...), sauf que cette fois-là, la combinaison n'était pas gagnante! Il paraît que ça nous tombe dessus quand on s'y attend le moins. Je ne m'y attendais absolument pas ces dernières années, et pourtant rien ne s'est passé... Oui, j'exagère, à cette époque je n'avais pas réalisé... hum euh, enfin admis «qu'en fait il me faut un mec» (comme dirait Palmade dans «'te flashe, j'te love»). Ben voilà, du coup, niveau moral c'est pas très motivant...

Lundi 8 mars 2004 - 18h00

Couché tard hier soir (à 2h, ça recommence...) pour me réveiller plus d'une heure avant le réveil ce matin; il n'était même pas 7h... Du coup je suis allé au boulot à 7h30... Si rien ne bouge d'ici la fin de l'année, j'irai chercher un nouveau job, ça me fera trois ans d'expérience, du coup ça devrait pas mal m'aider. Là, je commence à avoir l'impression d'avoir fait le tour, et la routine à laquelle je pensais échapper se fait de plus en plus proche...

J'écoute Italo Fresh Hits 2004. J'adore (oui ça fait boum boum ;). En parcourant les liens de l'annuaire des blogs d'itsogay.com, je suis tombé sur le journal d'«Evan». Même problématique que pour moi, mais les circonstances et l'approche n'ont rien à voir... C'est très rafraîchissant à lire... «j'ai eu un mal fou à m'avouer homo. Je faisais des déprimes à cause de ça et ça a duré un mois avant que je m'avoue que j'avais un faible pour les garçons.». Un mois!!! Misère... Qu'on me donne un mur que je me tape la tête contre... Et en plus il est au lycée... Moi il m'aura fallu que cinq ans... Enfin bref, ça se termine l'été dernier, c'est dommage, je suis resté sur ma faim... ça change vraiment de mon style psychotorturé! :)

Lundi 8 mars 2004 - 20h30

Repas de chef ce soir... Saladière et yahourt. Je fais les fonds de placards :) Tiens, ils passent Armageddon sur M6... Rien de palpitant, si ce n'est que je l'avais vu en 1998 pendant la fête du cinéma (oui, j'étais taré, d'autant qu'il n'y avait pas encore de multiplexes à Strasbourg à l'époque) avec Sandrine... Je n'ai plus eu de (petite) copine depuis. D'ailleurs, je suis certain qu'elle pense que je suis gay: l'été dernier (quasiment la dernière fois que je l'ai vue) alors qu'on se baladait en ville, elle était persuadée que j'avais maté un mec vachement mignon qu'elle avait «aussi» repéré. Sauf que moi j'avais absolument pas fait gaffe et regardé autre chose. Donc j'ai nié :) Oui, c'est vrai, c'est une des rares personnes à ne pas encore être au courant... Cela dit, les rares personnes à ne pas l'être sont celles que je ne vois quasiment jamais.

Tiens, y'a un «Freed from Desire» version 2003? Voilà qui est original après «Freed from Desire 2002». Elle est tellement heureuse d'être libérée du désir (sic!) qu'elle prend bien soin de nous le rappeller chaque année depuis 1997, Gala... C'est pire que les numéros de version chez Microsoft :) Je suis pourtant pas trop mauvais public, mais alors sur ce coup-là c'est limite foutage de gueule... On m'aurait pas dit que c'est une version 2003, je l'aurais confondu avec l'original... Arg...

Mercredi 10 mars 2004 - 19h00

Warf, j'en rigole encore... Dans l'Auto Plus de cette semaine: «Faut-il craquer pour les «gros» Diesels?». Certes, avec une cylindrée de presque 6 litres, je suis un peu déphasé... Mais leurs «gros» Diesels, sont des 4 cylindres de 1.3 à 2.2 litres :) Moi je propose donc: «Faut-il craquer pour les «grosses» bites?» - 6 à 10 cm...

Mercredi 10 mars 2004 - 23h30

De retour, après avoir mangé et... Encore tenté de faire marcher une putain d'imprimante... J'ai passé ma journée et ma soirée à ça... Là faut vraiment plus me parler d'imprimantes, sinon je pète les plombs :). Un peu de musique pour me relaxer...

Aujourd'hui encore (car hier déjà ça m'avait déjà vraiment frappé), j'ai trouvé Jérôme trop craquant. En plus il est super sympa... Bah non, ce n'est que pour le plaisir des yeux, de toutes façons il doit être aussi hétéro que moi je suis pédé :) M'enfin s'il disait oui je ne dirais pas non :) Hier Marie et Jean-Paul m'ont vu faire les courses avec Manu... Je suis sûr que plein de gens au boulot se doutent que je suis homo (enfin dans le cas de mon partenaire de courses, pas pour les bonnes raisons, mais y'a évidemment pas que ça...)!

C'est amusant, en fait, à quel point on peut avoir des idées préconçues qui ne reflètent en rien... les avis que l'on a après avoir essayé un truc. Par exemple: la pipe. J'ai adoré ça (en faire), alors qu'avant d'essayer c'était vraiment pas un truc qui m'attirait particulièrement. De la même façon (enfin, je dis ça, je n'ai aucune idée de ce que ça donnera...) je serais assez curieux de savoir quelle impression ça peut faire de se faire mettre («sodomiser» ne me semble pas spécialement plus poétique...), même si c'est pas LE truc qui m'excite spécialement. Comme je le disais, c'est plus de la curiosité!

Pour compenser la vie sexuelle que je n'ai pas, ce midi encore, j'ai pas pu m'empêcher de faire un démarrage bien appuyé à un stop en plein centre ville. Un bon powerslide à une seule main... Trop facile :) J'adore! Vraiment, j'ai trop bien fait d'acheter cette Firebird :)

Presque minuit trente?! Décidément, le temps passe trop vite... Bon, ben ça sent le zombie en puissance pour demain matin...

Samedi 13 mars 2004 - 08h40

ça y est, je suis paré à partir pour l'Autriche, chez mes grand-parents. Heureusement que je me suis réveillé à 7h30, avec les 8h30 du réveil, je serais assez à la bourre pour décoller à 9h! Bon, je me serais peut-être abstenu de ranger la cuisine, de me raser, etc. :) Voilà, j'ai mon stock de mouchoirs, de Dollirhumes, de Strepsils, et de bases pour faire ma déclaration d'impôts! J'ai même pensé à faire le plein et à vérifier la pression des pneus (que j'ai pas pu permuter, faute de pluie) hier, tout est sous contrôle...

Hier j'ai enfin rediscuté avec Géraldine, depuis qu'ils sont partis sur Rennes, ça m'a fait très plaisir! J'ai connu son copain lors d'un stage, et par la suite on s'est principalement vu professionnellement, mais pourtant le courant passait super bien, et sans pour autant se voir tout le temps et avoir des discussions profondes et animées... Enfin ça m'a fait très plaisir de discuter avec elle, il faudra absolument que je passe les voir la prochaine fois que je suis sur Rennes: à priori début juin, on a prévu une petite expédition chez Marc à Nantes... Euh bon, faudra voir comment je combine tout ça moi...

J'étais assez déprimé hier soir, je sais pas vraiment pourquoi, mais franchement le moral était pas au plus beau fixe! En plus j'étais claqué... Dans ce cas, autant aller dormir :)

Bon, c'est qui qui (arg, mes profs de français auraient des attaques) va encore évoquer ma copine ce week-end? C'est ma grand-mère. Je ne sais pas comment je vais réagir, on verra bien. Je suis pas sûr qu'un coming-out en guise de cadeau d'anniversaire soit ce qu'elle apprécierait le plus... Enfin bon... Il est l'heure de fermer boutique et d'aller tenter un nouveau record de vitesse sur les quelques kilomètres d'Autobahn illimités que je vais traverser... Ignition sequence start... Hum, il était fort le café ce matin ;)

Lundi 15 mars 2004 - 23h00

Hum, journée fatigante... Mon week-end en Autriche était très sympa, ça m'a vraiment changé les idées. Je sais pas ce qu'ont les douaniers Suisses en ce moment, j'ai eu droit à deux contrôles et une fouille de la voiture... D'habitude je passe comme une lettre à la Poste... Bah, fallait bien que ça m'arrive un jour avec une voiture aussi discrète...

Courses, ballade en ville, cuisine, télé... Oui, rien de palpitant en soi, seulement un environnement tellement exotique et pourtant tellement familier car je le côtoie plusieurs fois par an depuis 25 ans maintenant. ça me manquera lorsque mes grands-parents ne seront plus de monde; ce sera un peu comme si l'on me privait d'une partie de mes racines. A leur âge la vie n'est qu'un sursis permanent. Je me demande comment ils peuvent être aussi sereins... Moi la mort ça me fait flipper: un jour, comme ça, paf tout s'arrête, aussi simplement qu'on éteint la lumière en appuyant sur un interrupteur... Plus rien, tout fini, niqué quoi! Et le plus ironique peut-être, c'est qu'on aura passé toute sa vie à penser à ce moment...

Bon, je zappe...

Depuis que mon journal est en ligne, j'ai reçu quelques mails assez sympa à son propos (donc, formulé autrement: à mon propos). Je me doutais bien qu'il y avait d'autres gens dans une situation semblable à la mienne, mais les quelques témoignages que j'ai reçu sont un peu plus concrets que mes suppositions...

Je me demande si le fait de savoir que ce que j'écris va être lu n'est pas un frein à ma spontanéité... Même de façon inconsciente, je dois forcément quelque part appliquer une certaine forme de censure, ou donner une image de moi qui n'est pas complètement vraie... Euh bon, de toutes façons ça n'y changera rien que j'en parle ou pas...

D'ailleurs, dans la série des trucs qui ne changent pas: ma vie, mon quotidien (qui pour le coup porte bien son nom: tous les jours la même chose). Le pire, c'est que je ne saurais même pas dire pourquoi ça ne change pas: parce que je ne veux pas? Parce que je ne peux pas? Parce que je n'ose pas? Et puis d'abord, qu'est-ce que je voudrais faire bouger? Et pourquoi ça devrait? Rhaaaaaaaa... Pour résumer, ma devise pourrait être: «l'amour, ça n'arrive qu'aux autres». J'ai été con d'imaginer que le tiercé (dans le désordre, parce que franchement j'aurais du mal à fixer la chronologie des événements) déblocage, coup de queue, coming-out me mènerait droit au Saint Graal: l'amour (d'ailleurs, présenté comme ça, hem... enfin bon). ça m'y a peut-être «mené», mais vu qu'il était pas réciproque, c'était râpé! Bref, donc me voilà à me lamenter sur mon sort sans bouger mon cul pour essayer de changer tout ça. Ah oui, pas con: comment je fais pour changer quelque chose à tout ça???

Jeudi 18 mars 2004 - 19h40

Pfffff... Je suis fatigué en ce moment, je dors mal depuis plusieurs jours (merci la crève) et ce soir je me suis endormi devant la télé en rentrant du boulot! La météo est vraiment au beau fixe, cet après-midi il faisait 24°, alors que nous sommes encore en hiver. C'est n'importe quoi, d'une semaine à l'autre on prend 15°! Et comme les jours de canicule en été, on annonce une pollution de l'air à Strasbourg (des poussières cette fois-ci).

Hier j'ai acquis la certitude que je n'intéressais pas Sébastien, ou alors il fait tout comme. Mais c'est vraiment le sentiment de le laisser indifférent que j'ai perçu alors que j'ai passé un bon moment à proximité de lui. Aucun regard, intérêt, sourire, remarque ou quoi que ce soit qui sorte de l'ordinaire. Peut-être n'était-il pas en forme ce jour-là... Peut-être a-t-il été traumatisé par mon dépassement très Sécurité Routière en arrivant, peut-être que simplement j'avais pris mes désirs pour des réalités par le passé, visiblement mes interprétations sont parfois perfectibles...

D'ailleurs, puisque j'en suis à parler d'échecs, je ne peux m'empêcher d'avoir un pincement au coeur quand je croise ou que je vois passer Frédéric. Bon, maintenant que le verdict est tombé, il ne me reste qu'à faire une croix sur mes rêves les plus fous et de tourner définitivement la page... «mes rêves les plus fous» étant de moi aussi un jour (m'enfin un jour proche, tant qu'à faire!) avoir droit à l'Amour, ça semblerait presque raisonnable comme désir... Et pourtant, ça me paraît une telle utopie...

Samedi 20 mars 2004 - 03h00

Ca doit être maladif. Quoi que je fasse, il faut forcément que quelque chose vienne me rappeler qu'il y a bien un facteur sur lequel je n'ai pas la moindre influence: c'est le temps qui passe. Trop lentement ou trop vite. Tout dépend du point de vue; au jour le jour, j'ai l'impression qu'il ne se passe rien. Et quand je regarde un peu en arrière, j'ai l'impression que ma vie défile à toute vitesse sans que j'ai le moindre contrôle sur quoi que ce soit, et surtout pas... sur la vitesse! Je ne sais pas pourquoi ça me traverse l'esprit, mais ça me fait penser à la combustion du magnésium. On allume, wouf, fini!

En fait, j'arrive au «point critique des 10 ans». De plus en plus d'événements qui ont été importants pour moi pour différentes raisons ont a présent 10 ans... Il y a 10 ans, j'étais en seconde, et je m'en souviens comme si c'était hier. La musique, certaines séries télé...

A la base, Manu m'a montré ce soir http://www.bide-et-musique.com. De retour chez moi, j'ai passé un bon moment à écouter et à naviguer sur le site, pour finalement dévier vers http://lesstarsab.free.fr et me remémorer les acteurs, chanteurs et séries que je trouvais déjà assez kitsch à l'époque: Premiers Baisers, les Années Fac, les Filles d'à côté, etc. Tant d'idoles retombées dans l'anonymat pour la plupart. Et qui ont vieilli... Comme moi! Et, ça m'amuse beaucoup... je crois que j'avais flashé sur Anthony Dupray et Vincent Latorre... Bon, c'était plutôt vers la fin des années 90.

Ca fait d'ailleurs plus de 10 ans maintenant que je connais Floriant. Et je regrette vraiment la façon parfois désastreuse dont j'ai «géré» notre amitié. J'ai parfois été si con! Un ego trop présent, chercher à tout prix à garder une certaine image, ne pas vouloir trop m'impliquer, dire les choses mais sans réellement les dire... J'ai vraiment l'impression que j'aurais pu mieux faire. C'est bien de s'en rendre compte une fois qu'il a déménagé à l'autre bout de la France...

Je pourrais me lamenter sur mon sort pendant encore longtemps, regretter ce que j'ai fait, ce que je n'ai pas fait, être horrifié par la perception de la vitesse du temps, être insatisfait de ce que j'ai, et chercher ce que je n'ai pas, ou plus... Je suis spécialiste dans ce domaine. Comme le dit Yohann, je me pose trop de questions. Il me tue, je sais pas comment il arrive à prendre et à gérer les choses si simplement, alors que chez moi un déluge cérébral peut se déclencher pour à peu près n'importe quel événement. Pire encore, à certains moments, alors que je ne fais rien de particulièrement propice à un cogito, il m'arrive de penser à quelque chose qui peut remonter à des lustres, et je suis reparti à réfléchir à des choses, des situations vieilles comme le monde qui n'ont aucun lieu d'être sorties des archives et traitées des années après alors que je n'ai même plus de contacts avec les personnes concernées!

Euh bon, je redévie, je voulais aller me coucher!!!! Dodo!

Dimanche 21 mars 2004 - 16h00

Tiens, ça va faire six mois que j'ai eu mon électrochoc identitaire en ce qui concerne ma sexualité! C'est fou comme ça passe vite... Et voilà que ça recommence... Youpi..

Je suis allé voter ce midi! J'adore l'ambiance qui règne dans les bureaux de vote. C'est si artisanal, si improvisé et rempli de bénévoles à qui la notion de citoyenneté tient à coeur que ç'en est charmant. D'ailleurs, c'est complètement con de «démocratiserf» (arf) les machines à voter électroniques comme c'est actuellement en test à Brest. J'ai aucune confiance là-dedans, et quand je vois ce que ça donne aux Etats-Unis, je me dis que j'ai bien raison. Il n'y a aucun moyen pour un citoyen lambda d'aller vérifier le bon fonctionnement de la chose, qui est forcément boguée et possède inévitablement de multiples failles. Sans compter que ça coûte la peau du cul; quel intérêt, sachant que depuis près de 200 ans, ce sont de nombreux volontaires qui se chargent de ces tâches gracieusement? Des fois, je me dis que je dois être paradoxalement contradictoire. Comment avoir un tel raisonnement en étant ingénieur en informatique? Justement, en connaissance de cause!

J'ai toujours beaucoup de mal à me décider quant à mon vote. Une vraie proportionnelle n'est peut-être pas idéale pour la vie politique, mais ça me semble pourtant ce qu'il y a de plus représentatif de l'avis du peuple, donc de plus démocratique. Et le vote à deux scrutins avec des seuils élevés (10%, 5% auparavant...) pour se maintenir au second tour n'est adapté qu'à un nombre très limité de configurations... Bref, c'est n'importe quoi: faut arrêter de déconner! A partir de là, on sait que de toutes façons, le PS et l'UMP seront massivement présents au second tour. Donc, on ne va pas voter pour le parti le plus proche de nos convictions qui a une chance de sortir comme pour les présidentielles, mais pour le «second choix» que l'on souhaite voir se maintenir en lui faisant obtenir plus de 10%. Et dans la série masturbation délirante, j'ai nommé les élections sénatoriales, au suffrage universel indirect... Accessoirement, les élections cantonales ont été totalement éclipsées par les régionales, c'est bien dommage, même si le canton et donc le rôle du Conseil Général sont plutôt limités... D'ailleurs dans la série «con»: pourquoi faut-il plier (et ensuite déplier) le bulletin de vote pour les régionales en 25 pour le faire tenir dans les micro enveloppes électorales bleues?

Quand je repense au premier tour des présidentielles, ça m'amuse vraiment beaucoup... Le Pen au second tour: le drâme national. Moi je dis simplement que c'est la décision du peuple et le résultat d'un nombre dingue de candidats. Point. Il fallait voter, et voter intelligemment, c'est tout...

Hier soir, Bistro de la Gare avec Pierre et Jean; y'avait des pédés partout!!! Pourtant, à ma connaissance, c'est pas spécialement gay comme resto!

Tiens, il fait beau, j'ai trop bu pour aller faire un tour en voiture, j'opte donc pour le vélo :)))

Dimanche 21 mars 2004 - 17h45

Pffff, j'ai vraiment plus aucun entraînement, c'est absolument terrible! Le souffle... Pffff!!! Faut que je m'effondre sur le canapé...

Lundi 22 mars 2004 - 19h15

Pour fêter le 1000ème visiteur du site (quelle popularité!), je l'ai dynamisé à coup de PHP/MySQL. Pour l'agrément de consultation, je verrai plus tard, mais au moins en attendant, les mises à jour sont moins artisanales!

Il faut que je me prenne des vacances! Noël mis à part, ça fait bien 6 mois que je n'en ai pas pris! Une petite semaine prochainement pour faire une pause, une autre début juin pour aller à Nantes, encore deux cet été, et ça devrait être pas mal. Ouh là oui, déjà maintenant j'ai droit à 20 jours de congés et à 2 de RTT... C'est que prendre des vacances en hiver, ça me tente pas spécialement! Mais maintenant que le printemps revient, c'est beaucoup plus motivant. D'ailleurs, je ne sais pas si c'est le printemps, mais je vois des mecs super bien foutus un peu partout... Et pas plus tard que cet après-midi, Patrick passe dans le couloir, et paf, me voilà à bander comme un cheval pendant bien 20 minutes; je visualise la pénétration avec son mouvement de va-et-vient, ses effets super excitants, et... évidemment je suis super excité. Le pauvre, il faisait que passer par là, s'il savait à quel point j'ai fantasmé sur lui :)

David va venir ce week-end! C'est cool... C'est jamais compliqué avec lui. Il suffit d'avoir fait le plein de bouffe et de trucs à boire, et c'est bon pour un week-end délire total. Maintenant que j'y repense, je crois que la première fois que je l'ai rencontré, j'ai eu une sorte de coup de foudre. C'est le genre de gars qui se prend pas la tête sans pour autant rester indifférent ou ne pas avoir d'opinion sur les choses, ouvert, toujours prêt à déconner... Non, il est génial :) Physiquement c'est pas trop mon idéal, il est plutôt baraqué (mais petit, et ce qui est petit est mignon ;). Il plairait peut-être à Yohann en fait :). Mais c'est toujours délicat, quand on est homo, où se situe la frontière entre amitié et amour avec un mec? Si j'ai pas été amoureux de lui, ça a pour le moins été limite, je pense. Et ça me met mal à l'aise d'un certain point de vue, je me suis quand même retrouvé dans son pieu (jusque là rien de spécial) avec ma main dans son calbut... D'accord, on était torchés, mais euh... Justement, la dernière fois que j'étais torché et que j'ai «allumé» quelqu'un (Yohann) c'était tout à fait voulu (de façon inconsciente, ou du moins que je me cachais...).

Bon, au moins David est au courant que cette situation (la main dans le calbut) me met mal à l'aise «maintenant que je suis homo» (arf), mais évidemment pas de l'ambiguïté des sentiments que j'ai pu avoir pour lui. Je ne sais pas si je dois lui en parler, ce serait peut-être plus honnête. Mais dans la mesure où je ne sais absolument pas comment je réagirais s'il était «partant» là, maintenant, ça ne serait pas totalement honnête de préciser qu'il s'agit d'une chose révolue. A vrai dire, ça me gonfle vraiment: j'ai l'impression d'avoir un coeur d'artichaut, de tomber amoureux tout le temps et de n'importe qui, de plusieurs personnes en même temps ou en alternance: c'est vraiment n'importe quoi. Je sais pas où j'en suis. C'est déprimant... Avec une attitude comme ça, si jamais je trouve un jour l'homme idéal, je risque pas de le garder. Bon, le côté positif (je suis trop fort en auto-dérision...) c'est que je n'ai aucune chance de trouver l'homme d e ma vie :(

Sur ces bonnes paroles bien motivantes, je m'en vais m'envoyer un steak!

Mercredi 24 mars 2004 - 21h45

Ce soir, il faut vraiment que je me couche tôt, sinon ça va être une catastrophe absolue ce week-end. Hier soir encore j'ai abusé à force de raconter ma vie dans des mails (comme si ça suffisait pas de la raconter sur le web)... A propos d'abuser, je crois que mes voisins du dessous doivent beaucoup apprécier l'album «the Winner takes it All» d'E-Rotic que j'écoute en ce moment... Presque autant que moi :)

Hier, j'ai eu une certitude au boulot: Julien est gay! Forcément, avec du recul, ça parait évident (en fait, ça m'avait déjà traversé l'esprit auparavant), mais dans la mesure où je n'y attachais pas d'importance particulière, je n'ai pas du m'intéresser particulièrement à la question, tout simplement! A force de surfer sur des sites à thématique gay au boulot, on finit inévitablement par se faire capter un jour où l'autre :) Mais bon, comme dit, c'est absolument pas l'homme de mes rêves, et en plus il est plutôt introverti. De toutes façons, même s'il avait été super mignon en plus d'être gay, je ne l'aurais sans doute pas intéressé, il faut bien respecter la loi des séries après tout... :( Je lui ferai sans doute part de ma gayté un jour où l'autre, mais bon, je suis pas sûr que ça puisse être d'un réel intérêt...

Je suis le roi du paradoxe: quand «j'étais hétéro» (j'adore formuler ça comme ça, en même temps que d'exprimer un concept ça me permet de me foutre un bon coup de ma gueule), plein de mecs s'intéressaient à moi. Maintenant? Nada, plus rien, personne. Euh bon, plutôt que d'essayer d'aller quelque part au point mort, je vais... me coucher... 22h30, ce sera pas mal pour une fois...

Jeudi 25 mars 2004 - 22h10

Quelle journée... Déjà, j'ai bien dormi, et longtemps. Ca ne m'arrive pas tous les jours. Ensuite... Bah, ensuite c'est l'ironie du sort, puisque pas plus tard qu'hier soir, j'écrivais que personne ne s'intéressait à moi. Et ce matin, je reçois un mail de Clément, un gars avec qui je discute par mail depuis qu'il est tombé sur mon journal qui me dit, en gros, qu'il a flashé sur moi. J'aurais pu être flatté, en extase totale, mais je le sentais venir, et j'appréhendais un peu le moment où je devrais lui dire que même si j'aime beaucoup discuter avec lui, ça s'arrêtait là en ce qui me concerne, et qu'il y avait peu de chances d'espérer quoi que ce soit. Il m'arrive parfois de faire des trucs inconsidérés, et l'amour n'est pas prévisible, mais la chance de tomber amoureux (ou même de considérer un plan cul, tant qu'à couvrir toutes les possibilités) avec un mec qui n'est physiquement pas mon genre et qui de surcroît habite l'autre bout de la France me semble pour le moins... nulle.

En fait, il ressemble à Julien, assez viril et plutôt maigre. A vrai dire, je préfère... Le caissier d'Auchan, qui m'a fait un gros sourire ce midi, quand je suis allé faire mes courses! Wouah, la prochaine fois je choisirai pas mal caisse en fonction de la longueur de la file d'attente...

Et puis sinon, David arrive demain soir, j'ai posé une dizaine de jours de congé autour de Pâques, tout va plutôt bien au boulot, et je vais me faire un coup de Méthode Cauet!

Samedi 27 mars 2004 - 10h00

Ouh là là ma tête... David est en train de finir sa nuit à côté, dans le canapé-lit qu'on a bien du mettre un quart d'heure à convertir tellement on était gratinés. J'y crois toujours pas, mais ce couillon de Manu est rentré chez lui en voiture, il s'est tiré pendant que David et moi étions endormis devant l'Attaque de la Moussaka Géante. Quel con... Et c'était évidemment pas «juste un verre en trop» qu'il avait bu, il devait pas être loin des deux grammes...

Dimanche 28 mars 2004 - 18h20

Le beau temps est revenu en même temps que David, mais le beau temps est resté, lui... Après un peu de rangement, je suis passé voter. J'ai bien fait: le responsable des l'urne pour les régionales était le même que la semaine dernière, et il est toujours aussi super mignon :) Puis un petit tour en voiture découverte. Voilà, c'est typiquement moi, ça encore, après en avoir profité, je me demande comment je vais pouvoir retrouver cette sensation dans ma future voiture sans m'emmerder avec un cabriolet... Je crois que c'est un bon prétexte pour acheter une Corvette en fait ;)

Enfin bref, comme d'hab, c'était un week-end sympa et bien trop court. J'ai trop bu vendredi soir, et je l'ai bien senti tout la journée d'hier. C'est juste le soir que mon mal de tête est enfin passé, et au resto j'ai pas trouvé mieux que de prendre un munster farci patates/lardons, ça m'a porté un coup de grâce après six heures de sommeil et une gueule de bois toute la journée!

Je crois que Manu a pas trop apprécié que je lui balance quelques-unes de ses contradictions à la gueule vendredi soir alors que j'étais copieusement «assoupli». Bon, c'était pas bien méchant dans l'absolu, usuellement j'évite de trop abuser à ce niveau, mais bon, là j'étais plus totalement clair, et j'ai cédé à la facilité du cassage express, radical et garanti.

Dans la série humour à thématique gay, le spectacle «la Truie est en Moi» de Marie-Thérèse Porchet est un summum. On se l'est regardé cet après-midi, c'est vraiment à se rouler par-terre. Bon, qu'est-ce que je vais me faire maintenant? C'est vraiment une ambiance de fin d'après-midi de dimanche: on se fait un peu chier, mais on n'est pourtant pas trop motivé à faire quelque chose, et en même temps le lundi bien moins récréatif qui s'approche plombe un peu l'ambiance. Le must du pire à ce niveau était à l'époque où j'étais encore à l'IUT: retour à Strasbourg le dimanche soir, partiels quasiment tous les lundis... Arg...

Bon, en fait, je vais passer quelques coups de téléphone et m'occuper de mon mail...

Dimanche 28 mars 2004 - 22h15

J'y crois pas... Alors qu'on avait des discussions plutôt sympa depuis quelques temps par mail avec Clément, ce soir il m'a répondu de façon fort désagréable. La seule explication que je puisse trouver est qu'il n'a pas apprécié l'entrée du journal de jeudi que j'ai mise en ligne samedi matin... J'ai beau la relire, je comprends bien que ça puisse ne pas l'enchanter, mais c'est néanmoins la vérité, dite de façon assez directe mais tout à fait correcte, et de surcroît, il l'a appris avant que je n'en parle dans mon journal.

Si je n'ai pas été clair avec lui tout de suite sur le fait qu'il n'était pas mon genre, il ne l'a pas non plus été sur ses «intentions» (même si en fait elles ne me paraissent pas forcément claires non plus à présent), et même si j'essaye de vivre autant que possible sans me compliquer la vie, en disant ce que je pense quand ça présente un intérêt, ça ne m'empêche pas non plus d'avoir un minimum de tact et de savoir-vivre. Je ne vais pas aller dire à une personne que je connais à peine que je trouve ses chaussures atroces, que sa voiture est une poubelle, et à plus forte raison que je ne la trouve physiquement pas à mon goût (ce qui peut être interprété comme «je te trouve moche», même si ce n'est pas forcément le cas, enfin bref c'est une interprétation possible quoi!), ce qui aurait pour seul résultat de la blesser.

C'est même pas que ça me mette dans tous mes états, c'est simplement que je ne comprends pas! Je ne m'attendais pas à une telle réaction de sa part. Bref...

J'ai eu Floriant au téléphone ce soir. Il en est venu à... J'en reste assez surpris? étonné? dérouté? Je ne sais pas quel adjectif conviendrait le mieux, d'autant que ça avait l'air assez sérieux sur un ton plus «déconnade». Donc il en est venu, en somme, à me proposer de passer rendre une petite visite à Yohann la semaine suivant Pâques. D'une part, j'ai beaucoup de mal à comprendre qu'il puisse accepter que son copain couche avec quelqu'un d'autre, soit c'est vraiment quelque chose qui me dépasse totalement et que je suis incapable de comprendre, soit c'est qu'il a une ouverture d'esprit, une tolérance dont je ne pense pas être capable. Qu'on puisse accepter cela pas amour, oui, je peux le concevoir... Mais de là à le «proposer», ça me laisse assez perplexe... Enfin bref, et donc d'autre part, pour peu que je me sois pas fait de films: je fais quoi???

Ah euh, ben du coup, alors que je disais ce que je viens d'écrire à Floriant, sur ICQ, pour anticiper sa lecture du journal (ben voilà: la fait d'avoir le journal en ligne influe sur mon quotidien!), outre le fait que je ne m'étais pas fait de films, j'ai appris que... Yohann serait éventuellement prêt à accepter la proposition de stage que je lui avait faite (dans ma boîte). La succession d'événements me ferait presque penser aux méthodes qu'emploient les séries télé pour entretenir un suspens insoutenable. Autant un week-end de tourisme sexuel à Rennes ne me semble pas particulièrement problématique (à présent) vis-à-vis du couple que forment Floriant et Yohann, autant s'il venait habiter et travailler avec moi pendant deux mois, j'ai un peu peur. Même si je ne compte pas torpiller leur couple, même si Yohann aime Floriant par-dessus tout, ça reste une situation qui risque de dévier, ou d'être frustrante... Ou alors, comme d'habitude, je m'imagine encore une fois le pire au lieu de me dire que ça pourrait être sympa et que je n'ai qu'à en profiter.

Lundi 29 mars 2004 - 18h45

Problème résolu. Enfin, je devrais dire problèmes résolus... Ou plutôt plus de problèmes. Je m'étais trompé, il s'agit visiblement d'un malentendu avec Clément. Mais se mettre à répondre subitement EN MAJUSCULES, dans un style télégraphique dont le message peut être interprété (manque de bol) de deux façons, bah c'est vraiment pas une bonne idée... Bon, je suis peut-être plus «aware» des risques de malentendus que la communication écrite sur le net peut engendrer, mais malgré mon expérience dans la domaine, ça ne m'a pas empêché de mal interpréter son mail... ou de ne pas me faire comprendre dans d'autres situations... On va vite, il n'y a pas le ton, et voilà...

Quant à Yohann, il s'est trouvé un stage à Rennes, ça évitera toute situation délicate.

Lundi 29 mars 2004 - 20h25

Je peux pas m'empêcher d'y penser... Par moments, je me dis que j'ai trouvé ma voie avec l'informatique: contrairement à d'autre «sciences», on se trouve dans une logique parfaite, et surtout, prendre un problème, le retourner dans tous les sens, envisager toutes les hypothèses, les possibilités, les éventualités, les conséquences, agir à la base du problème ou de façon corrective, tout reprendre de zéro, c'est visiblement quelque chose que je fais naturellement... Dans le cas de l'informatique, ça s'apparente à de la masturbation intellectuelle, mais quand je le fais naturellement sur mon existence et les événements qui la composent, ça s'apparente plutôt à du masochisme. Pourtant, c'est naturel, n'importe quoi peut déclencher une production délirante de neurotransmetteurs dans mon cerveau. Si encore le processus était efficace, ce serait sans doute positif, mais le problème c'est que j'ai l'impression de dépenser beaucoup d'énergie pour arriver à pas grand chose!

Je crois que j'ai fait une digression! Ce qui me trotte dans la tête en ce moment, c'est Yohann. Ou plutôt «l'invitation» de Floriant à venir lui rendre visite. Et comme ce n'est jamais simple, ça me travaille pour plusieurs raisons. D'une part, parce c'est Floriant qui m'en fait part, et que j'arrive vraiment pas à me mettre à sa place. D'autre part... D'autre part, ça me fait m'interroger sur moi-même, et je n'y trouve pas non plus de réponse; qu'est-ce qui peut me pousser à vouloir aller à Rennes? Simplement pour tirer un coup? Simplement: non. Tirer un coup: oui. Sur ce point-là, au moins, j'ai pas de doute :) Il est super mignon, il a un corps de rêve, une grosse sucette, c'est super excitant tout ça.. D'ailleurs si mon organisme pouvait laisser un peu de sang pour le cerveau, là, maintenant, ça m'arrangerait :) Mais ça ne me paraît pas suffisant comme raison pour traverser la France.

Même si j'ai du mal à savoir pourquoi (parce que sur pas mal de points on est plutôt différents) j'ai l'impression qu'on s'entend plutôt bien, et j'apprécie beaucoup être en sa compagnie. Si c'était que sexuel, je pense qu'on ne serait pas aussi souvent en train de discuter sur ICQ ou par téléphone. Avec Yohann, j'ai l'impression de tout pouvoir lui dire, et que c'est tout à fait naturel. Et que même s'il y a plein de choses qu'on ne partage pas, sur lesquelles on n'a pas le même avis, qu'il y a cependant une sorte de compréhension et de respect mutuel des choix de l'autre (enfin plus souvent de son côté que du mien, je suis parfois un peu têtu). Dans ma perception actuelle, le qualificatif qui conviendrait peut-être le mieux (à défaut de mieux, mais aussi parce que la dernière fois que je l'ai employé, c'était dans un contexte fort différent - et le côté incestueux en moins) c'est la fraternité. Si j'emploie ce mot, c'est parce que, comparé à mes amitiés, il manque certaines choses, alors que d'autres vont beaucoup plus loin (la «compréhension» naturelle de l'autre). Je ne sais pas ce qu'en pense Yohann. Je ne sais même pas ce qu'il pense des «avances» de Floriant!!! Bon, grâce au à mon journal magique (magique car en ligne), je pense que c'est un sujet qu'il abordera assez rapidement :) (et je pense aussi que l'impact de l'aspect «online» du journal sur ma vie va rapidement me taper sur le système, et soit le journal finira en ligne en différé, soit il ne sera plus du to ut sincère, et n'aura donc aucun intérêt).

Euh bon, je disais quoi? Je suis terrible pour perdre le fil de ce que je dis! Oui, donc dans mes motivations, le fait de pouvoir prendre des vacances, faire un break, utiliser mon coupé, et en même temps un voyage dans le temps à l'époque où j'étais étudiant, sont sans doute autant de raisons qui complètent ma longue liste de motivations... Tiens, Clément vient de m'envoyer un mail gigantesquissime! Voyons ce qu'il me raconte...

Mercredi 31 mars 2004 - 21h10

Ca doit être le printemps, je suis d'humeur à faire des comings out. Par mail, dimanche, à Julien (à qui j'avais pas écrit depuis une éternité, et qui m'a pas encore répondu, d'ailleurs) et ce soir à Cyrille, par ICQ, qui m'annonce que son frère est aussi gay! Ohhh... Ahhhh... Pas possible!!! La dernière fois que je l'ai vu (c'était y'a quelques années, ça a pu changer, mais bon), ouahh là là là là... C'est... Comment dire? Hum... Yohann en ENCORE MIEUX! Ca me fait penser que demain c'est avril, et qui dit avril dit... Le plus beau mois de l'année sur mon calendrier «Straight Boys» (où comment Floriant réussit à me faire un cadeau à la fois «utile» et «foutage de gueule»). J'en suis tout... tendu! Il est vraiment ultra canon... Ca va vraiment être dur de voir cette photo tout au long du mois :)))

Ah ben sinon, j'en rigole, mais je crois que ça doit être nerveux (comme quand la voiture se met tellement de travers que j'ai peur de pas réussir à rattraper le coup). Yohann a lu le journal (forcément) hier, et (hormis le fait qu'il est «fier» que je dise qu'il est bien monté...), il cautionne tout à fait la proposition de Floriant. Mais... C'est «trop tôt» pour lui! Misère... C'est le monde à l'envers... Plus j'y réfléchis, plus ça me semble absurde. Il voudrait bien, Floriant est d'accord, et à priori c'est pas quelque chose qu'il accepte à contre-coeur puisqu'il fait savoir, sans qu'on le sollicite, non seulement qu'il serait d'accord, mais initie, de plus, de lui-même la chose... Donc, quoi? Yohann a peur que ça puisse mettre en péril leur couple? Je pense pas. Yohann pense que Floriant fait cette proposition par amour pour lui et aurait peur d'en abuser? Mouais, déjà plus crédible. M'enfin il faudrait peut-être, si tel est le cas, être capable de parler clairement et honnêtement de ce qu'ils ressentent entre eux, sinon ça va pas être facile à gérer... Et s'ils ont déjà un discours franc et ouvert, ben peut-être qu'ils faudrait qu'ils soient convaincus de leur sincérité réciproque!!!

Je me dis que je dois être en train de me taper un délire, mais pourtant je ne vois pas trop d'autre hypothèse crédible. C'est pas possible, je dois avoir une influence négative sur Yohann , à force de me poser des tonnes de questions les plus folles les unes que les autres, j'ai du le contaminer :)

Jeudi 1 avril 2004 - 20h40

Quelque part, le fait que le frère de Cyrille soit gay me fait super plaisir. Non pas parce que je nourris un espoir quelconque à son sujet, si j'en étais à avoir de tels raisonnements il serait vraiment plus que temps de m'octroyer une bonne séance de remise en place des idées! :) Déjà, il est super canon, et ce serait fort dommage de laisser un si beau morceau à de la femelle en rut... Plus sérieusement, je m'attendais plutôt à ce que Cyrille soit pas trop cool par rapport à mon coming out, mais non seulement il l'a très bien pris (décidément, c'est une mode ça... ;), mais en plus, il a fait preuve d'une attention (dans le sens «attentionné») que je n'attendais pas de lui, et pourtant je le connais depuis plus de dix ans. Et il m'annonce que son frère est gay, tout de suite ça le rend plus gay-friendly... Je m'y attendais pas... Un congénaire de plus, ça me fait plaisir. C'est con, mais c'est comme ça...

C'est drôle, quand j'y repense, j'ai beaucoup de mal à définir notre relation. On s'est connu au lycée, et sans être réellement proches (et surtout pas géographiquement, la dernière fois que je l'ai vu c'était au Québec en 2001!), on est cependant dans une relation qui dure depuis très longtemps. J'ai du mal à me l'expliquer, car nous avons peu de points ou d'intérêt communs, et alors que plein de relations qui ont été bien plus fortes se sont éteintes au fil du temps, celle-ci semble vouloir perdurer, je ne saurais expliquer pourquoi. Si je croyais en la réincarnation, je dirais que je le connaissais sans doute déjà dans une autre vie.

Ah, la réincarnation, quel concept magnifique. Employé par l'Eglise (ça c'est le «label qualité»).

Donc, avant de m'égarer dans autre chose que ce que je projetais de dire... Je me recentre (pour une fois). J'ai passé près de deux heures sur mon canapé, fenêtre ouverte, profitant du soleil et du calme qui règne autour de mon immeuble pour lire la «biographie» de «Frédéric». Je me suis tout envoyé d'un coup, c'est à la fois long et résumé. Le grand intérêt de la chose, c'est que c'est structuré. Ce journal l'est forcément beaucoup moins, en tout état de cause il ne risque pas d'être plus structuré que mes pensées, et de ce côté-là, c'est pas le pied... Cela dit, je pense que si je souhaite communiquer quelque chose de moi, ce n'est pas un résumé de ma vie, je crois que je préfère partager mes sentiments au jour le jour... En plus c'est un long travail, de surcroît hyper déprimant, de résumer sa vie...

Sinon... J'ai vu mon caissier super mignon en faisant mes courses ce midi :) La prochaine fois qu'il me fait un grand sourire il faudra... euh oui, que je fasse quoi? Bon, j'ai deux semaines pour y réfléchir avant mes prochaines courses (puisque je pars en Autriche pour Pâques), donc on verra bien...

Je me suis acheté deux t-shirts sans manches plutôt sympa... Y'en a un noir avec le col et les «manches» gris, assez moulant... Avec tout ça, les gens vont encore penser que je suis gay... Pffff... Et puis ce midi, j'ai encore croisé quelqu'un du boulot en faisant les courses avec Manu: Aude. Ils vont vraiment croire que je suis gay, et ils auront tout à fait... tort dans leur raisonnement, même s'ils ont «accidentellement» raison sur le fond. Ca m'amuse beaucoup :)

Bon, avec tout ça, même si je suis à peu près satisfait du haut, j'ai toujours l'impression d'avoir un gros cul et des cuisses XXL. D'autres, comme Clément, se trouvent trop maigres. Le monde est décidément mal fait, où simplement peuplé d'insatisfaits!

Ca va encore paraître macho, mais pas plus tard que ce soir, je me disais qu'on avait quand même beaucoup de chance, nous, mâles, d'avoir ce truc entre le jambes, symbole de notre virilité, qui produit des hormones qui conditionnent tout notre comportement, notre perception du monde... qui font que le monde est monde. C'est pas rationnel, c'est simplement comme ça :) Franchement, ça doit être terrible d'être une femme :)

Euh bon, je me ressaisis, et j'essaye de penser avec... ma queue!!! Je sais pas combien de litres (!) de liquide séminal mon coach du mois d'avril du calendrier que j'ai eu l'idée de suspendre juste à côté de mon ordinateur va me faire produire, mais je crois que je vais battre tous les records... La perfection masculine à un plus grand degré... non, ça ne peut pas exister... A la fois, c'est super excitant d'avoir une photo comme ça sous les yeux à longueur de journée, et en même temps, je suis frustré de ne pas avoir une telle perfection dans mon lit. Enfin c'est simple, j'ai personne dans mon lit...

Samedi 3 avril 2004 - 22h00

Je viens de passer une bonne heure à surfer sur des sites retraçant l'historique du paquebot «France» (la magnifique chanson du même nom de Michel Sardou s'impose en fond). Les Zeppelins aussi me captivent énormément, je ne sais pas réellement quel intérêt tant de personnes peuvent attacher à ces moyens de transport archaïques, gigantesques, et lents. Peut-être leur destin tragique, le fait qu'ils soient retombés dans l'abandon et l'oubli après avoir été la fierté et le prestige d'un pays...

Peut-être aussi que ces moyens de locomotion sont aujourd'hui synonymes de plaisir et non d'efficacité, le concept furieusement à la mode de nos jours. Pour certaines choses, la vitesse vient simplement en «option», au détriment uniquement du coût: avoir un accès ADSL à 2 Mbps pour relever son mail, un processeur à plusieurs GHz pour rédiger ses courriers papier, une voiture permettant de dépasser les 200 pour rouler en France... Pour d'autres, la vitesse a des effets secondaires plus négatifs. Mes voyages en train ont souvent été très conviviaux et à l'origine de rencontres intéressantes. En avion, sur des distances similaires, ça ne m'est jamais arrivé. De même, la photo numérique (même si on déborde un peu de la notion de «rapidité») pousse les gens à ne donner aucun soin à la composition où aux aspects techniques. On en prend vite fait une grosse flopée de clichés, et on fait le tri en espérant que l'un d'entre eux sera correct. Les drive-in, ou les courses livrées à domicile: rapide, confortable, et nuisibles à la vie sociale: comment se priver de rencontres, de découverte des dernières modes, bref, de tâter le pouls de la société...

à m'entendre, on pourrait croire que je suis contre le progrès, et pourtant, ce n'est absolument pas le cas. C'est simplement que si les avantages du dit progrès sont évidents, ses effets secondaires sont généralement ignorés, ou pire encore, même pas perçus! Et au-delà du côté fantastique que le commercial me vante, j'adore généralement aller chercher tout ce dont il ne me parle pas...

En ce moment, où que je regarde, je vois des beaux garçons! Partout! Pas plus tard qu'en fin d'après-midi, je regardais la télé, et dans «le Coffre», un des candidats, qui a le bon goût de s'appeler Damien (et un fort potentiel gay, accessoirement), m'a mis dans tous mes états... Je bandais même pas comme un taureau, j'étais simplement charmé tellement il a l'air adorable et mignon...

Et hier, au boulot, je me suis laissé (ré)intriguer par plusieurs échanges de regards avec Sébastien. Mais depuis mon dernier fiasco dans l'analyse des échanges de regards, je préfère être prudent. Il faudra quand même que j'élucide ça... Au prochain pot, il faudra donc que je m'envoie quelques bières de plus qu'hier :)

Mardi 6 avril 2004 - 21h40

Ouh là là... En navigant dans le journal, je me rends compte à quelle vitesse le temps passe... Et aussi à quelle vitesse j'arrive à débiter des idées :)

Et je reçois du spam, et du spam, et du spam (pardon, «pourriel» en français - ridicule comme appellation, mais au moins elle a le mérite de faire rire), mais aucune réponse de Julien (10 jours) ou de Michel (3 jours...). Ca me surprend pas plus que ça, ils n'ont jamais été rapides pour répondre à leur mail. En même temps que je ne m'inquiète pas spécialement quant à leur réaction à mon coming-out, je suis quand même impatient de savoir ce qu'ils vont dire...

J'en suis venu à un stade où j'arrive à caser en plein milieu d'une conversation, presque au même titre que le temps du jour, que je suis gay. Par certains côtés, ça m'impressionne presque! Maintenant, la question est: qu'en sera-t-il ce week-end? Ma grand-mère va encore faire une allusion à ma «copine», ma mère risque de surenchérir. Pffff...

C'est pas terrible, mais je me demande si je devrais pas le dire à ma mère par téléphone avant qu'on se voit... D'ailleurs, on se voit si peu que, justement, ça ne me paraît jamais être le moment opportun...

Jeudi 8 avril 2004 - 00h25

M6 nous refait le coup du loft, version revue et revisitée 2004: les colocataires. Benjamin Castaldi s'est féminisé, et il, euh elle tripe à mort sur les systèmes de contrôle d'accès biométriques. Bon, en soi, le concept n'a rien de transcendant, même si la forme change quelque peu. évidemment, dans le lot, il y a... Un homo!

Vendredi 9 avril 2004 - 00h20

Oui, donc c'est vraiment la grande mode d'avoir un homo dans les émissions de télé-réalité. Et là, il a clairement été casté pour ça. Je sais pas trop si c'est une bonne chose ou pas... L'approche est en tout cas purement mercantile, donc en aucun cas noble. Quant à la «visibilité gay», c'est sans doute positif, tant qu'on garde à l'esprit que les média ont tendance à se laisser aller à la caricature.

J'ai répondu à une petite annonce sur gayvox mercredi. Pas de réponse, mais le prince charmant ne s'est pas connecté depuis, donc pour l'instant tout s'explique... C'est quand même incroyable que parmi toutes les annonces que j'ai lu, si peu aient attiré mon attention. La dernière c'était en février, et d'ailleurs je n'ai jamais reçu de réponse... Le côté positif, c'est que ça ne peut pas être pire... C'est sûr que ma méthode n'est sans doute pas la plus efficace: il suffirait de contacter des tonnes de personnes histoire de faire passer un maximum «d'entretiens d'embauche». Pitié! A quoi bon contacter quelqu'un si l'on n'est pas séduit et qu'on n'y croit pas vraiment? Ca doit être mon côté romantique et fleur bleu appliqué tant bien que mal aux sites de rencontre (et un paradoxe de plus...).

Sinon, je pars pour le week-end en Autriche demain... Trouverai-je un moment opportun pour parler à ma mère? On verra bien...

Mardi 13 avril 2004 - 14h00

Bon, ben visiblement ce que je soupçonnais semble s'avérer relativement exact: tout un tas de gens de mon entourage se doutaient que j'étais gay... C'est formidable, mais j'aurais bien aimé m'en rendre compte par moi-même un peu plus tôt...

J'ai donc annoncé à ma mère dimanche soir que j'aimais les garçons, et ça l'a tellement pas étonné que j'en ai été assez déstabilisé. Elle m'a dit «c'est pas grave», mais elle aurait tout aussi bien pu dire «je sais». Du coup, ça n'a pas donné lieu à une grande discussion, elle m'a rassuré que ça ne changerait rien, qu'elle m'aimait tout de même, et qu'effectivement, elle s'en doutait. C'est con, je me demande du coup pourquoi j'ai attendu aussi longtemps, et surtout en m'inquiétant quant à sa réaction. Même si je pensais bien qu'elle allait plutôt bien le prendre ou pour le moins pas avoir de réaction à la con, je m'imaginais franchement pas que mon coming-out allait être une «simple formalité». J'imaginais tellement de choses que je suis presque «déçu» de la façon si simple et rapide dont ça s'est déroulé!

Et à vrai dire, je ne peux même pas dire que je me sens mieux maintenant que je l'ai fait, c'est peut-être encore trop récent, avec du recul je réaliserais peut-être que ça va me permettre de mieux vivre et assumer ce que je suis, auprès de même comme auprès des autres (ou par effet «karma», mieux le vivre moi-même parce que je sais que les autres l'acceptent sans problème). Mais toujours est-il que, dans l'immédiat, je ne me sens pas spécialement mieux, ni libéré par rapport à l'annonce que j'ai fait à ma mère... Qui n'aura sans doute pas manqué de mettre mes grands-parents au courant après-mon départ hier matin!

Et sinon, Manu m'a appris ce midi qu'il avait aussi mis Sandrine au courant. Réaction: «Ben ça fait longtemps qu'on le savait, on attendait juste qu'il nous le dise» et d'ajouter qu'elle était heureuse que je le vive bien, dans le même sens que ce que disait Cyrille quand je lui ai annoncé que j'étais homo: que si j'en parle c'est que je l'assume et que donc ça va mieux.

Sandrine a toujours eu un franc parler... Mais elle aurait pu moyennement bien le prendre, sachant qu'on est quand même sorti ensemble il y a quelques années... Enfin bref: du coup je suis complètement out à présent: qui l'eut cru? Car il y a seulement six mois, je «découvrais», ou du moins je commençais à voir, à accepter que je pouvais être attiré par les garçons.

C'est bien beau tout ça, mais mon prince charmant sur gayvox n'a pas daigné me répondre, ça fait d'autant plus plaisir que ce n'est que la deuxième fois que je ne semble même pas mériter de réponse de la part d'une personne qui me semblait pourtant bien sous tous rapports. C'est pas non plus que je me sois fixé pour but de trouver l'homme de mes rêves au travers de sites de rencontre, puisque je me contente d'envoyer un petit message quand un profil me touche vraiment, mais ça fait d'autant moins plaisir d'être ignoré du coup... Pourtant il y a quand même des gens qui me trouvent mignon... Manque de bol c'est généralement pas réciproque... La vie est mal faite!

Bon ben sinon je vais glander un peu cet après-midi, d'autant que j'ai mal à la tête. Pour les grands projets, on verra ça demain...

Vendredi 23 avril 2004 - 21h10

Je suis assez perplexe... Aujourd'hui, je me suis adonné à un petit test de complexité des mots de passe au boulot, et évidemment, un certain nombre était basé sur des noms du dictionnaire. Jusque-là, rien de surprenant. Mais ce qui était plutôt inattendu, c'est que le mot de passe de Sébastien repose sur un prénom de fille... Mais qui est-elle? Sa copine? Celle qui le fait rêver? N'est-il donc pas gay? Me serais-je encore trompé? Je me serais presque laissé interpeller par nos échanges de regards ce matin pourtant!

Cela dit, cette semaine n'a pas été trop mauvaise, puisque mon prochain week-end de tourisme sexuel à Rennes est planifié. Fin mai, avant d'aller passer la semaine à Nantes, je passerai le week-end chez Yohann. Visiblement, l'idée l'excite autant que moi :) C'est drôle, il y a quelques temps, l'idée de me retrouver à l'intérieur d'un mec, ou d'avoir sa virilité dans ma bouche m'aurait vraiment pas attiré, alors que maintenant je trouve ça super excitant... Relationnellement (sentimentalement) parlant, c'était une cause plutôt acquise depuis un petit bout de temps (avec un garçon...) même si j'avais un peu de mal à le reconnaître, mais c'est vrai que sexuellement, ça m'a longtemps bloqué. Avec du recul, je me dis que physiquement, j'étais attiré, mais que c'est quelque chose sur quoi je bloquais psychologiquement.

A présent, je pense que j'ai même franchi un autre blocage, c'est celui de la pénétration. Enfin de me faire pénétrer. Je pense que j'y prendrais du plaisir, et j'ai envie d'essayer. J'imagine que j'y voyais quelque chose de dégradant, une sorte d'acte de soumission remettant en cause la «supériorité» masculine (oui, j'ai bien conscience de l'aspect ridicule de la chose, d'autant plus dans le cas d'une relation homo). Enfin si Yohann est partant, je ne demande qu'à essayer. En ce moment, je me sens curieux de tout...

Dimanche 2 mai 2004 - 22h10

Cet après-midi, j'étais sur Belfort avec ma mère visiter une maison qu'elle voudrait acheter. Ca m'a fait tellement bizarre de me retrouver le week-end à Belfort, comme lorsque j'étais à l'IUT, et de repartir le dimanche soir après le repas vers Strasbourg. Rien n'a changé dans cet appartement, ou presque. Et le trajet du retour, que je connais si bien pour l'avoir emprunté maintes fois, toujours égal à lui-même: coucher de soleil, légère fraicheur des soirs de printemps, odeurs de forêts et d'herbe fraichement coupée, l'enchainement des courbes... Et la même sensation, un léger pincement au coeur une fois le moment du départ venu... La madeleine de Proust en somme...

Vendredi 7 mai 2004 - 19h45

C'est vrai que je ne suis plus très dynamique dans l'écriture de mon journal. Sans doute parce que ce n'est pas un but en soi, mais que je le vois plus comme une «thérapie». Si j'ai moins besoin d'un confident en ce moment, c'est probablement parce que je me pose moins de questions. Mais si je me pose moins de questions, est-ce parce qu'il n'y en a plus à se poser, ou parce que je recommence à faire abstraction de ce qui me dérange? A vrai dire, je pense qu'il y a un peu des deux... D'une part, j'imagine qu'après le «déluge cérébral» que j'ai traversé au cours de ces derniers mois, une acalmie ne peut faire que du bien. D'autre part, je crois qu'à présent j'ai pleinement conscience du fait que je préfère les mecs, et je l'assume. Et je m'assume.

Du moins dans ce que je suis et ce que je pense. Physiquement, c'est un peu mieux depuis que j'ai reperdu les kilos pris ces derniers mois et pris un peu de muscle, mais bon, de là à me percevoir autrement que, au mieux, banal, non. C'est drôle, j'ai l'impression que beaucoup de personnes ont un problème avec leur image. Pourquoi?

Vendredi 7 mai 2004 - 23h00

Me revoilà après un bon bout de temps au téléphone avec Yohann. Ce soir, je suis musicalement Beatles... Oui, donc Floriant s'est trouvé un amant (de 17 ans). Ceci explique sans doute pourquoi il m'a proposé, il n'y a pas si longtemps de ça, d'aller faire un petit tour à Rennes... Yohann ne semble pas particulièrement traumatisé par tout ça. Logique, après tout il a été le premier à aller voir ailleurs... C'est une conception du couple que m'intrigue toujours encore. Serais-je prêt à laisser mon amoureux s'envoyer en l'air avec un autre? Déjà, c'est pas évident, et en plus, on frôle le dérapage à chaque moment. Evidemment, ça me dérangerait moins que ce soit moi qui aille voir ailleurs que l'inverse, j'admets volontiers ma tolérance unilatérale en puissance à ce niveau. Mais bon, objectivement, je crois bien que je suis passé d'une conception idéaliste du couple à une conception plus «réaliste». A savoir qu'il vaut sans doute mieux aller reciproquement chercher une diversité sur la plan sexuel hors de son couple et sur la base d'un accord mutuel plutôt que de laisser l'autre croire des choses inexactes et le tromper. Que ce soit pour avoir la conscience tranquille et/ou pour éviter que l'autre ne le prenne mal, c'est surement préférable.

Cela dit, je m'interroge toujours sur la conception du rapport sexuel sans pénétration de Floriant. Que ce soit la fellation ou la sodomie, comment peut-on avoir des rapports sexuels sans??? Enfin bon, plutôt que de m'interroger sur les pratiques sexuelles des autres, peut-être devrais-je m'interroger sur moi-même et les raisons qui font que je suis toujours désespérément célibataire...

Vendredi 11 juin 2004 - 18h30

Waouh, ça fait une éternité que je n'ai rien écrit dans ce journal! Je crois que je ne me pose pas trop de questions en ce moment, mais contrairement à ce qui a pu se passer pendant des années, ce n'est pas du fait d'une crainte inconsciente ou dissimulée de ce à quoi aurait pu aboutir (je devrais dire: «a abouti») une remise en question, mais simplement qu'il n'y a pas spécialement lieu de réfléchir. La situation est simple, claire... Les gens autour de moi sont au courant, je le vis bien. C'est étonnant, tous ces changements en l'espace de quelques mois seulement!

En plus, avec le retour du beau temps, il faut croire que mon moral remonte. C'est tout rangé chez moi, les papiers sont triés et classés, toutes les affaires moyennement et peu urgentes réglées, j'ai arrêté de manger n'importe quoi et perdu les kilos pris après que j'ai arrêté de fumer, et je ne fais même plus une fixation obsessionelle sur le fait que je sois célibataire.

J'ai passé de super vacances la semaine dernière, pour le moral c'est évidemment aussi une bonne chose. Tout d'abord le week-end à Rennes, chez Yohann, puis la semaine sur Nantes avec Manu, David, Fabien, Nico et les autres, et le week-end à Caen chez Clément (que j'ai connu au travers de ce journal) et Floriant

Le week-end chez Yohann m'a beaucoup marqué. Bien-sûr, le côté sexuel était fort excitant, d'autant plus que cette fois-ci, l'éjaculation était au rendez-vous :) Pas de doute, c'est vraiment le pied avec un mec... Mais cette seconde fois chez Yohann m'a surtout permis de constater à nouveau, avec plus de discernement (car la dernière fois, je devais avoir un trop grand nombre de choses à l'esprit et trop peu de recul par rapport à tout ce qui venait de m'arriver), qu'il existe entre nous une amitié que je n'imaginais pas si forte. C'est quelqu'un que je regretterais énormément de ne plus voir, même s'il ne devait rien avoir de sexuel entre nous. Je l'adore. Et en même temps, il ne s'agit pas d'amour. J'imagine bien qu'une telle situation pourrait être perçue comme délicate, mais de mon côté du moins, elle semble tout à fait claire. Dans d'autres circonstances (relationnelles, géographiques, que sais-je...), il n'en serait peut-être pas de même. Mais bon, je ne vais pas me prendre la tête pour un problème qui ne se pose pas!

La soirée chez Floriant m'a également marqué par certains côtés... Evidemment, il y avait le fait d'aller chez lui et d'y passer un peu de temps. Une chose quasi-quotidienne entre 1999 et 2001, et que je n'avais plus connu depuis plus de deux ans! J'ai donc découvert son nouveau «chez lui», dont tout un tas d'objets me sont familiers, et dont l'agencement et le style récréent cette ambiance unique. Très touchant. Tout comme j'ai retrouvé nos discussions à la fois superficielles et profondes, si ce n'est que cette fois-ci, nous avions un point commun de plus (les mecs...). Ca a également été l'occasion pour moi de m'essayer au lasergame, ma foi fort sympathique!

L'impression que j'en retire n'est pas nouvelle, car j'y ai pensé à plusieurs reprises ces derniers temps, et cette petite visite n'a fait que confirmer tout cela: je n'ai pas attaché d'importance suffisante à la relation que j'avais avec Floriant. Amicalement, j'entends! A l'époque, j'avais préféré me «consacrer» à des relations plus superficielles, qui sont, à présent, pour certaines, mortes d'elles -mêmes. Accessoirement, j'ai longtemps pratiqué le «cloisonnement» de mes amis, c'est-à-dire que je les voyais séparément, et que je ne voulais pas prendre «le risque» de les présenter les uns aux autres... Intérêts différents selon les personnes, attitudes, et donc l'éternelle image à laquelle on revient sans cesse. Est-ce que ça m'aurait empêché de contrôler l'image, différente selon les contextes ou les personnes, que je donnais? Est-ce que cette homosexualité affichée, ou plus exactement représentée par Floriant me gênait par certains côtés? Sans doute, dans le sens où elle me confrontait à ce que j'étais mais que je refusais de voir... Le nombre d'homos dans mon entourage avant que je ne me «découvre» confirme sans doute que c'était quelque chose qui suscitait en moi à la fois curiosité et volonté de détachement. Un peu dans l'état d'esprit «ça me dérange pas qu'ils soient homo, mais alors, qu'est-ce que je préfère ma situation d'hétéro».

Mercredi 16 juin 2004 - 18h45

Pfffff... Voici comment résumer mon état d'esprit, ma motivation, et mon moral ces derniers jours! A la longue, c'est quand même pénible d'être seul. Oui, oui, je sais, vendredi dernier, j'écrivais que ça ne m'obsédait plus; effectivement, quand j'ai d'autres choses à l'esprit et que je n'ai pas le temps de m'en rendre réellement compte, ça ne me préoccupe pas. Sur les bons conseils de Clément, j'ai tenté quelques dials sur Gayvox. Résultat? Deux possibilités de tremper ma nouille (avec des types de 10 ans plus âgés que moi, et sans photo sur leur profil, rien que ça), un chat avec un gars sympa, mais sans plus, et un autre qui m'a contacté et avec qui on a un peu discuté par mail, mais dont je n'ai plus de nouvelles depuis deux jours... Séquence auto-dérision: je suis tombé bas au point de passer par des sites de rencontre, et, comble de l'ironie, ça ne donne absolument aucun résultat.

Jeudi 17 juin 2004 - 23h15

Fausse alerte! Nicolas, avec qui j'avais échangé quelques mails, m'a finalement redonné signe de vie! Il a simplement été débordé, et évidemment, j'ai imaginé le pire... On a discuté près d'une heure au téléphone ce soir (mon forfait portable de deux heures aura enfin servi à quelque chose), et je dois avouer que notre discussion était pour le moins sympa. On semble au moins partager un certain nombre de choses, notamment des points de vues et un certain état d'esprit. C'est vrai qu'on n'a pas trop discuté de nos intérêts dans la vie, mais notre discussion m'a laissé une bonne impression. Pour le reste on verra dimanche, puisqu'on a décidé de se rencontrer. C'est une première pour moi, du moins la première fois que je rencontre un mec avec l'espoir que ce soit le début d'une histoire d'amour. En fait, je ne sais pas vraiment ce que j'espère. J'imagine que le plus raisonnable serait de penser que je vais peut-être rencontrer un garçon sympa qui pourrait devenir un ami, voir plus. Je me dis aussi que la solitude dans laquelle je me trouve et qui me pèse par moments pourrait me pousser à ne plus porter de jugements objectifs, et à tomber amoureux de la première personne qui s'intéresse à moi, un peu par dépit.

Hum, bon, la nuit porte conseil, dit-on, et puis j'ai jusqu'à dimanche pour mettre mes idées au clair, ensuite on avisera....

Dimanche 20 juin 2004 - 02h30

Pour l'instant, je passe un très bon week-end. Vendredi soir, j'ai passé la soirée avec Jérôme et Géraldine. Malgré qu'on ne se soit pas spécialement beaucoup vu après le stage où j'ai rencontré Jérôme, on a toujours gardé un bon contact, bien que distant. Je réalise que je ne le connais pas beaucoup. Quant à Géraldine, je ne pense pas que des relations professionnelles nous aient beaucoup plus rapproché. D'ailleurs, une grande majorité de leurs amis, je ne les connais pas, et j'en ai rencontré une bonne flopée vendredi. Ce qui m'a un peu fait flipper alors que l'heure du rendez-vous approchait... Mon côté timide, sans doute.

Sinon, aujourd'hui, un peu de ménage, grande cuisine, et soirée sympa à la maison avec Pierre et Jean-Paul. J'ai au moins passé 4h à cuisiner, c'était très bon (hop, faut bien que je me jette des fleurs) mais alors je le ferais pas tous les jours! J'aime bien cuisiner quand j'ai des invités, là j'avais le temps, la motivation, ça m'a bien plu.

Demain. Ahhh, demain, je rencontre Nicolas... Mon état d'esprit est... Je ne sais pas réellement. ça me fait plaisir de le rencontrer, et en même temps ça me laisse relativement froid. Notre discussion au téléphone m'a laissé une très bonne impression, on partage clairement un certain nombre de valeurs et de conceptions des choses ainsi que d'intérêts communs, je suis persuadé qu'il pourrait être un très bon ami, d'ailleurs, la dernière fois qu'une discussion m'a laissé une impression semblable, c'était quand j'ai connu David. En même temps, il serait délirant d'espérer que ça aille plus loin. D'abord il faut que l'impression au téléphone se confirme, que physiquement il me plaise (ce que la photo qu'il m'a envoyé ne me permet pas trop de juger, en tout cas il semble avoir un certain «potentiel», disons), et que la «magie» de l'amour ait lieu. Évidemment, je ne parle même pas du fait de la nécessité de réciprocité...

Bref, il serait totalement utopique d'imaginer que ça puisse marcher, statistiquement ce serait assez dément. Même si je suis pas forcément super optimiste, cette approche des choses me paraît saine. Car, que seraient réellement mes sentiments si j'étais déjà amoureux, ou que je nous imaginais ensemble, sans même l'avoir rencontré?

Ouh là... Trois heures? Je comprends pourquoi mes yeux se ferment d'eux-même!

Lundi 21 juin 2004 - 00h45

J'ai passé une bonne soirée avec Nicolas. On s'est fait un bar et un resto. Ça s'est plutôt bien passé, on a discuté assez naturellement, dans la droite lignée de notre conversation téléphonique. Je ne sais pas vraiment quoi attendre - je ne suis pas tombé raide dingue amoureux. Il est physiquement pas mal, psychologiquement il a une attitude qui me plaît plutôt - maintenant il faudra voir... J'ai besoin de recul, et de le revoir!

Vendredi 25 juin 2004 - 19h50

Je crois que je n'ai pas encore pleinement réalisé ce qui est en train de m'arriver. Aussi incroyable que ça puisse sembler, le premier gars que j'ai rencontré au travers d'une petite annonce a été le bon. évidemment, l'être complexe que je suis a forcément été interpellé par cette situation: cette attirance que je ressens pour lui est-elle sincère, ou le fruit du désespoir couplé à une possibilité qui s'offre à moi? Depuis que j'ai réalisé que je pouvais me cacher des choses de façon dangereusement efficace, j'ai tendance à douter de mes sentiments. En plus, le premier que je rencontre ne peut statistiquement pas être le bon, forcément :)

Bref, c'est de façon assez inattendue, et avec des prémisses pas forcément prometteurs, que je me retrouve aujourd'hui en couple. Dimanche dernier, lors de notre première rencontre, j'ai été d'une froideur et d'un détachement assez terribles, sans doute provoqués par une incrédulité et une volonté d'analyse la plus objective possible de la situation. Lundi, j'ai réellement pris conscience que cette attitude risquait de compromettre une possible relation qui avait un potentiel assez important, ce dont je n'avais évidemment pas envie, et que, de plus, ce n'était vraiment pas correct vis-à-vis de Nico de me comporter de la sorte. D'ailleurs, en en rediscutant plus tard, il m'a dit qu'effectivement, il pensait ne jamais me revoir! Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'était vraiment pas malin de ma part, d'autant que c'est la première fois que je rencontre quelqu'un de qui je me sens aussi proche dans la façon de penser, de voir, de ressentir, et de faire les choses.

Je lui ai donc envoyé un mail lundi, lui disant que j'avais passé une bonne soirée, que j'étais heureux d'avoir fait sa connaissance, et que j'aimerais le revoir. Suite à quoi, on a du se retéléphoner une ou deux fois, et il m'a finalement invité à passer la soirée chez lui. C'était absolument adorable. A plusieurs reprises, au fil de nos discussions, j'ai été sidéré par le nombre de points communs qu'on pouvait avoir. En plus de l'état d'esprit, il y a toutes les petites manies, les goûts, et des expériences parfois si proches (je pense là notamment aux conditions et aux façons que nous avons eu d'aborder notre homosexualité). Jamais même je n'aurais imaginé que quelqu'un puisse m'être si proche, si semblable, et me comprendre comme ça. Non, ce n'est pas une vision biaisée des choses, et je ne suis pas non plus narcissique au point de chercher un clone de moi (ça me rendrait d'ailleurs dingue), et encore moins un «disciple». Simplement quelqu'un avec qui je partage une même philosophie des choses. En plus, on se plaît. Il est mignon, il a un charme incroyable. La perle rare semble donc réellement exister!

Au niveau des sentiments, ça n'a clairement pas été le coup de foudre, mais plus on est ensemble, plus je me sens proche de lui. Et ça n'a rien à voir avec ce que je ressens pour Yohann, j'en déduis donc qu'il y a autre chose qu'une amitié et une attirance physique entre nous. En ce qui me concerne du moins. Quant à lui, je ne saurais le dire, et il me semblerait malvenu de ma part de le lui demander, maintenant pour le moins.

La soirée de mercredi a donc été particulièrement agréable et constructive :) Le premier pas a été long et difficile à franchir, mais ensuite, tout s'est déroulé as sez naturellement. Ses caresses, ses baisers, sa douceur, ses égards, la lueur dans son regard, la douceur de ses lèvres... Ouh là là, je crois que je suis vraiment sous le charme. La nuit était courte! Une heure et demie de sommeil, ça ne m'a pas spécialement réussi. Cela dit, je ne regrette absolument rien. Pas même et surtout qu'il ne se soit quasiment rien passé sur le plan sexuel, hormis quelques caresses le matin.

Hier soir, c'était à mon tour de l'inviter chez moi. La soirée fut tout aussi bonne, et encore une fois, n'a fait que confirmer ce que j'avais perçu jusqu'à présent. Cette fois-ci, nous nous sommes octroyés six heures de sommeil, et des caresses un peu plus humides :) Caresses également «humides» dans la douche, à deux. C'est génial. Et bien trop court, car malheureusement Nico part aujourd'hui pour deux semaines en Angleterre. ça tombe vraiment mal, mais après tout, ce n'est pas la fin du monde, et ça permettra de prendre un peu de recul...

Lundi 28 juin 2004 - 19h30

Ca fait deux jours que je n'ai pas eu de nouvelles de Nico, et franchement, c'est super difficile. Visiblement, il a du tomber dans une famille d'accueil qui n'a pas de connexion à internet (mais quelle idée, ça!!!). Non, je n'en suis pas encore à imaginer le pire parce que je n'ai pas de nouvelles, je l'envisagerai peut-être d'ici quelques jours! Il me manque terriblement. Yohann m'a fait remarquer que je parlais de lui comme si j'en étais amoureux... Je crois qu'il a (encore une fois) raison, pourquoi est-ce que ça me mettrait dans un tel état de pas avoir de nouvelles autrement?

Jeudi 1 juillet 2004 - 19h30

Le plus simple serait de laisser faire les choses sans me poser perpetuellement des millions de questions, seulement, je n'y peux rien, il faut toujours que j'étudie les choses qui m'arrivent sous toutes leurs coutures, c'est plus fort que moi. Si encore ça m'apportait quelque chose, ce serait sans doute positif, mais en ce moment, je ne fais que douter. Comment pourrais-je raisonnablement ne pas douter de ce que je ressens, sachant que j'ai accompli l'exploit de m'occulter complètement que j'aimais les garçons durant tant d'années?

Et si, à présent, de la même façon que je pensais être hétéro il y a quelques temps, je pensais l'aimer? Certes, il y a bien une différence que je ne saurais clairement expliquer, d'un côté il y a la perception et l'image de soi, et de l'autre des sentiments... Mais les sentiments que l'on éprouve influant sur l'image que l'on (se) donne, ce ne sont pas non plus deux choses opposées...

L'aimer. Si vite? Si «facilement»? Ce qui me trouble le plus, c'est que je ne m'y attendais tellement pas. Oui, oui, je sais, on dit toujours que c'est quand on s'y attend le moins que ça arrive, mais «on dit» tellement de conneries par ailleurs... Je ne m'attendais pas à rencontrer quelqu'un, et sans doute pas la perle rare en la personne du premier garçon qui répond à mon annonce. Et à ce que ce soit réciproque... Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais pas pensé que quelqu'un comme Nico puisse exister. On partage tant de choses. Pendant si longtemps, je me suis dit que jamais je ne trouverai quelqu'un avec qui je puisse avoir une réelle complicité, quelqu'un qui me veuille de moi tel que je suis, et réciproquement, le tout sans avoir à faire de concessions inacceptables. A quoi bon être avec quelqu'un si l'on ne peut être soi-même? Même en faisant abstraction de la frustration qu'entraine l'abnégation de son être, de ses valeurs, quelle satisfaction peut-être tirer d'une relation qui reposerait sur de fausses bases, ou qui serait si superficielle?

Maintenant, j'ai si peur de me tromper, d'avoir perçu ce que je voulais voir et non la «réalité», peur que ce ne soit pas réciproque, peur d'être trop égoïste, peur de ne pas avoir le recul, l'expérience, la maturité, peur que la méfiance que j'ai dévelopé de l'être humain, ne fassent tout chavirer. Je m'en voudrais tant de gâcher une occasion unique comme celle-ci...

Mardi 6 juillet 2004 - 22h30

Je viens d'avoir Nico au téléphone, ça m'a fait tellement plaisir... Ça me rassure de savoir que lui aussi vit mal cette séparation. Vu la tournure que semblent prendre les choses, je dirais que c'est plutôt positif quant à l'avenir de notre relation.

Il a eu un moment d'inquiétude quand je lui ai dit par SMS que j'avais plein de choses à lui dire. Ça m'a beaucoup amusé, parce que c'est typiquement le genre de réaction digne de moi! D'ici moins de cinq jours, il sera de retour! :) Clément semble penser que j'ai eu le coup de foudre... Franchement, je ne pense pas. Je ne suis générallement pas très réactif sur le plan émotionnel, ce qui a le don de déstabiliser pas mal les gens. Dans bon nombre de cas, c'est sans doute très positif de ne pas être émotif ou de ne pas laisser transparaître ses sentiments, mais face à des personnes honnêtes, sincères, et animées de bonnes intentions, ce n'est pas idéal. On ne se refait pas, et surtout, on ne refait pas son histoire...

Alors, est-ce que je l'aime? Je déteste bousculer les choses, mais objectivement, je dois bien admettre que ce qui m'habite n'est pas qu'une attirance physique et de l'amitié. En même temps, quel crédit donner à des sentiments qui reposent sur si peu de contacts avec une personne? Ai-je peur d'aimer? Peur de l'«inconnu»? J'y verrai sans doute plus clair à son retour. C'est amusant, lorsqu'il est parti, je m'étais dit que son absence permettrait de prendre du recul et d'y voir plus clair...

Dans un tout autre registre... Euh bon, dans un registre un peu différent, on a un nouveau stagiaire au boulot! Il est super mignon :) Ça me donnerait presque des idées si j'étais pas avec quelqu'un! Mais bon, ça ne va vraiment pas plus loin, je suis plutôt comblé avec Nicolas. Je n'ai pas envie d'aller voir ailleurs, je suis persuadé que rien n'arrive à la cheville de ce que Nicolas peut m'apporter. Je l'aime... Et voilà, c'est sorti, sans doute un cri du coeur...

Samedi 10 juillet 2004 - 17h45

Très bientôt, Nico sera là... Tard dans la nuit, ou demain matin, selon le bon vouloir de la SNCF... En attendant, je vais dîner avec Pierre ce soir, qui est, lui aussi célibataire l'espace de deux semaines. A la légère différence qu'eux se connaissent depuis plus de sept ans, et non pas moins d'une semaine!

J'ai du mal à suivre le raisonnement de Pierre. Si la diversification sexuelle ne lui pose pas de problème en règle générale, il se refuse d'aller voir ailleurs lorsque Jean-Paul n'est pas là... Alors que lorsqu'il est là, il est clair que ça change tout, sachant... qu'il n'est pas au courant!!! N'ayant pas trop d'expérience dans la vie de couple, il est clair qu'il me manque sans doute bon nombre de choses pour comprendre... Ou peut-être pas?! Idéalement, pas la peine (et avant tout, pas d'envie) d'aller voir ailleurs. Maintenant, je peux comprendre aussi que, sur la plan sexuel, on ne peut pas forcément avoir tout ce qu'on souhaiterait avec un seul partenaire, ou que l'on souhaite s'affranchir de la routine... Mais alors autant en parler ouvertement avec son partenaire! A quoi bon culpabiliser, ou provoquer en l'autre... je ne sais pas ce qu'on peut ressentir dans ce genre de situation!

Dimanche 11 juillet 2004 - 03h00

Nico arrivera à Strasbourg demain. Je vraiment peur de ne pas être à la hauteur pour gérer au mieux une relation avec une personne à laquelle je tiens énormément. Je suis conscient que je ne suis pas prêt de retomber un jour sur quelqu'un comme Nico. Je n'ai aucune expérience dans la façon de gérer une vie de couple, et étant fils unique, ça m'handicape d'autant plus dans les relations avec d'autres personnes. Tomber sur Nicolas si rapidement est sans doute une chance, mais également une responsabilité énorme. J'ai trop peur de tout foutre en l'air sur un coup de tête...

J'ai eu l'occasion de voir l'amant de Pierre. Ouh là... Il me plaît pas du tout... Et visiblement, c'était très... baise express sans préliminaires, d'après ce qu'il m'a dit sur ICQ. J'ai l'impression qu'il n'arrive pas à trouver son bonheur... En même temps, vu son caractère, c'est pas évident non plus...

Dimanche 11 juillet 2004 - 23h30

Journée pas terrible... J'ai planté la voiture comme un con, et alors pas qu'un peu (je pense qu'elle doit pas être économiquement réparable) et Nico ne revient de Paris que mardi ou mercredi... Bon, du coup, ça me laissera le temps de m'occuper de mes problèmes de voiture... C'est marrant, j'ai absolument pas flippé ou stressé, aucun contre-coup suite à l'accident, j'ai été et je suis toujours d'un calme olympien... Vu la tête de la voiture, je me dis que j'ai une chance folle de n'avoir que quelques très légères brûlures dûes aux airbags... Le truc qui me fait vraiment chier dans l'histoire, c'est que je vais devoir me racheter une voiture plus raisonnable, un truc de maxi 150ch qui n'avance pas... Pour ma sécurité, c'est sans doute mieux, et je ne parle pas de mon portefeuille... Car même s'il va me rester un semblant de bonus, aucun assureur ne voudra m'assurer une caisse de 300ch!

Lundi 12 juillet 2004 - 20h45

Quelques courbatures, logique, j'ai fait un effort musculaire important sans m'être échauffé, hier... J'ai passé ma journée à téléphoner et à écrire dans tous les sens... Mais ça se passe plutôt bien et incroyablement vite: demain midi, je saurai si ma voiture est économiquement réparable ou pas... 36h après l'accident, c'est plutôt bien. Comme je le disais à Manu, c'est un plaisir d'avoir des accidents avec la GMF comme assureur :)

En plus, j'ai fait mes comptes, pour peu que le bonus/malus soit effectivement abandonné prochainement, je ne perds... en théorie... que la franchise et probablement quelques milliers d'euros sur la valeur de la voiture... Pas dramatique. Si elle est réparable, c'est encore mieux... Pour peu qu'elle soit correctement réparée... Enfin bon, dans tous les cas, je perds du temps, un peu d'argent, et j'attends un an à rouler une traction 4 cylindres (gloups...) avant de me racheter une 350Z d'occasion à un prix abordable...

Dimanche 25 juillet 2004 - 00h15

Ça va bientôt faire deux semaines qu'on ne s'est quasiment pas quitté Nico et moi. Ce soir, je suis exceptionnellement seul chez moi. Il m'aime, je l'aime, c'est absolument génial... Je suis totalement incapable de retranscrire par écrit tout ce que je ressens. Ça me paraitrait sans doute totalement incroyable, pour ne pas dire impossible, mais je n'en suis pas (plus) à essayer d'analyser ce qui m'arrive, je préfère le vivre. Il est clair cependant que j'ai peur, peur que tout prenne fin aussi vite que c'est arrivé. Aujourd'hui, j'ai réellement pris conscience de tout ce qu'il représentait pour moi; c'est mon atout pour un important épanouissement personnel, sur bien des points, dont il est une des rares personnes avec qui j'en ai parlé.

Jeudi 12 août 2004 - 00h10

Aujourd'hui -enfin hier pour être exact-, Nico est reparti pour... Pffff... Trois semaines! On a passé 4 semaines à vivre ensemble, et ça se passe d'une façon tout à fait naturelle, évidente, comme plein d'autres choses par ailleurs, comme si on se connaissait depuis une éternité. On n'y prête plus vraiment attention, en essayant tout de même de ne pas que focaliser sur ce qui va un peu moins bien. Nous avons eu l'occasion de découvrir tout un tas de choses l'un sur l'autre. Au premier regard, je n'aurais pas imaginé tout ce qu'il a traversé, d'un autre côté, je me dis qu'ayant de très fortes similitudes sur le plan psychologiques, il n'est pas étonnant que nous ayons vécu des expériences proches ou eu un parcours semblable pour arriver à ce que nous sommes aujourd'hui.

Je vois une sorte d'ironie dans cette situation; autant je ne pense pas que je pourrais entretenir une relation satisfaisante avec une personne dont la conception des choses et le raisonnement sont trop éloignés du mien, autant il y a un côté extrêmement frustrant dans notre relation: en le regardant, je suis confronté à ce que je suis (et que je n'ai pas forcément envie de voir), et de la même façon, il est capable de me mettre à nu en moins de temps qu'il est nécessaire pour le dire, ma façon de fonctionner étant très proche de la sienne, ce qui est hyper déstabilisant. Sans compter qu'entretenir une relation quand on ne l'a jamais fait n'est pas facile, d'autant moins que l'on n'est pas d'un naturel ouvert (vers les autres) et qu'on a du mal à accorder sa confiance à quelqu'un...

A y réfléchir, je pense qu'en même temps que je me suis caché mon homosexualité, je me suis également caché tout un tas de choses sur ma personnalité, mis de côté un passé qui me gênait, un passé duquel on ne peut pas s'affranchir si simplement, un passé qui influe inévitablement sur le présent. Depuis quelques jours, je m'intéresse tout particulièrement à ce qui traite de la névrose obsessionnelle: sites web, et même -si, si- bouquins. Ça fait une éternité que je n'ai pas lu un livre! Le fait est que j'ai envie de mieux me connaître, mais aussi de mieux comprendre Nicolas.

Pendant les trois semaines à venir, j'imagine que je vais avoir tout le temps de cogiter! Pour peu que je ne fasse pas partie de ceux qui vont se faire licencier économiquement au boulot. Ça ne me stresse pas pour l'instant, mais je risque néanmoins de me consacrer plus à la recherche d'un boulot qu'à une introspection.

En ce qui concerne la voiture, tout va pour le mieux au niveau de l'assurance, je m'en sors finalement très bien (mieux que si j'avais vendu la voiture, je pense), la Volvo 850, toute blindée d'options et de «gros» moteur qu'elle soit, est moins excitante à conduire qu'une Firebird. En terme d'image également, c'est un peu moins voyant! Au final, je ne me retrouve donc pas avec un 4 cylindres, mais un 5 d'origine Audi, 170 ch, en boite auto... C'est agréable à conduire, même si les 170 ch sont franchement anémiques, notamment sur les démarrages. D'ailleurs, aucun problème de traction sur le sec, même en démarrant pied au plancher! Finalement, la traction me gêne moins que je ne le pensais, un bon train avant, une voiture pas joueuse et avec laquelle on ne joue pas, et surtout, pas d'effet de couple dans la direction, et ça passe très bien. Cela dit, on ne retrouve pas la légèreté et la communicativité d'un direction de propulsion. Enfin bref, c'est temporaire, l'année prochaine je redonnerai sans doute dans une propulsion de 300ch...

M'écrire: gayjournal@free.fr